Annexés, indépendants ou ukrainiens : quel avenir pour les territoires occupés par la Russie ?

Europe Monde

Trois mois après le début de l’invasion russe de l’Ukraine, Moscou contrôle désormais un couloir allant du Donbass à la ville de Kherson et à la Crimée, après la chute le 20 mai de la ville portuaire de Marioupol. Des territoires qui seraient au cœur des négociations entre Kiev et Moscou si elles venaient à reprendre, avec plusieurs scénarios possibles : un rattachement complet à la Russie, la reconnaissance d’une zone autonome ou la reconquête par l’Ukraine.

Publicité

Serait-ce le signe d’un futur rattachement à l’occupant ? Alors que la guerre en Ukraine est entrée dans son quatrième mois, les nouvelles autorités pro-russes de la région ukrainienne de Kherson ont annoncé lundi 23 mai que la monnaie russe, le rouble, deviendrait la devise officielle de cette partie du sud de l’Ukraine, en parallèle à la hryvnia ukrainienne. 

“La région devient une zone à double devise : le rouble va circuler au même titre que la hryvnia. Les sociétés et les entrepreneurs peuvent afficher les prix dans les deux monnaies”, a annoncé l’administration civile et militaire pro-russe de cette région dans un communiqué sur son compte Telegram. 

Ayant annoncé vendredi 20 mai avoir pris le contrôle total de la cité portuaire de Marioupol, la Russie a pratiquement réussi à assoir son autorité sur un couloir allant du Donbass à la ville de Kherson. Malgré cela, “les forces russes n’ont réalisé que des gains minimes dans l’est de l’Ukraine” depuis quelques jours, a nuancé lundi l’Institut américain d’étude de la guerre (ISW). 

Une carte affichant la position des forces militaires en Ukraine, basée sur les données de mardi 24 mai 2022

Si les négociations sont au point mort entre Kiev et Moscou depuis fin avril, ces territoires conquis par la Russie pourraient être au centre de leur éventuelle reprise. 

“On a au moins trois sorties de crise possibles, en ce qui concerne ces territoires”, explique à France 24 Cyrille Bret, spécialiste des relations internationales à l’Institut Jacques-Delors. “Le premier serait le scénario du type Crimée avec un rattachement unilatéral par la Russie ; puis un scénario sur le modèle de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie, où la région proclamerait son indépendance et la Russie la reconnaîtrait ; ou alors la reconquête de ces zones par Kiev.” 

Annexion, comme la Crimée en 2014 

Depuis la prise de la région de Kherson, la première grande conquête russe le 3 mars, des responsables locaux et russes ont évoqué la possibilité que toute la région soit rattachée à terme à la Russie. Un scénario que l’adoption du rouble dans cette région pourrait confirmer : fin avril, un responsable local avait déjà affirmé que rouble et hryvnia pourraient circuler pendant une période de transition, avant un passage complet à la monnaie russe. Cette possibilité n’a pas été évoquée lundi par l’administration régionale pro-russe. 

“Les autorités pro-russes semblent avoir fait exactement la même chose dans le Donbass [qu’elles contrôlent en partie depuis 2014, NDLR]”, explique Michael Bociurkiw, chercheur en relations internationales pour le think tank Atlantic Council. Bien qu’il soit difficile de connaître réellement la situation sur le terrain, “les forces pro-russes semblent faire tout leur possible pour éradiquer tout signe d’appartenance à l’Ukraine. Et cela inclut la monnaie, les statues, les drapeaux ou encore le programme scolaire : une fois que cela est changé, il est très difficile de revenir en arrière”, poursuit l’expert. 

Des employés locaux remplacent les panneaux routiers ukrainiens pour des panneaux strictement russes, le 5 mai 2022, aux limites de la ville portuaire de Marioupol, dans une photo prise par les autorités pro-russes.
Des employés locaux remplacent les panneaux routiers ukrainiens pour des panneaux strictement russes, le 5 mai 2022, aux limites de la ville portuaire de Marioupol, dans une photo prise par les autorités pro-russes. © Donetsk People Republic Ministry of transport, AFP

Une annexion complète – comme l’avait fait la Russie avec la Crimée en 2014 – pourrait s’avérer un pari risqué sur le plan international : elle “serait suivie par de nouvelles sanctions contre Moscou, et Kiev ne reconnaîtrait pas cette extension russe vers l’Ouest, bien évidemment”, selon Cyrille Bret. 

“Je ne suis pas sûr que la Russie veuille vraiment annexer les territoires conquis”, nuance Michael Bociurkiw. “Tout d’abord, il y a eu énormément de dommages infligés aux infrastructures et industries. Puis, dans les 70 % du territoire du Donbass qui échappaient au contrôle des séparatistes pro-russes avant cette guerre, les citoyens sont de plus en plus pro-Ukrainiens : il y aura une résistance très violente aux Russes”. 

Une indépendance reconnue par Moscou 

Les territoires actuellement occupés pourraient aussi proclamer leur indépendance unilatérale, avec la Russie reconnaissant immédiatement cette dernière. Cette option, similaire à ce qui s’est passé pour l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie, est le scénario le plus plausible selon les spécialistes interrogés par France 24.  

À la suite de la guerre russo-géorgienne de 2008, la Russie a reconnu l’indépendance de ces deux régions séparatistes de Géorgie et y a installé des bases militaires. Toutefois, les autorités ossètes semblent vouloir franchir un nouveau cap : elles ont annoncé le 13 mai dernier l’organisation d’un référendum sur l’intégration de ces territoires à la Russie

Pour Moscou, “l’option à l’Ossète serait un moyen de maintenir l’Ukraine dans une position de faiblesse en démantelant une partie de son territoire”, abonde Cyrille Bret. Mais là encore, selon l’expert, la Russie ferait cavalier seul au niveau international : l’Union européenne, notamment, “ne peut pas accepter la création d’un État par les armes : cela est même contraire à ses principes”. 

“En février, peu avant la guerre, la Russie avait déjà officiellement reconnu l’autorité des séparatistes sur le Donbass : elle fera probablement de même pour les autres territoires conquis”, opine Andrew Wilson. 

Si cette hypothèse reste plausible, “elle n’est pas gagnée d’avance : l’Ukraine a d’ores et déjà annoncé qu’elle n’accepterait aucune concession de territoire“, ajoute-t-il. 

Victoire de Kiev et reconquête 

Une intégrité territoriale chère à Kiev, dont “il ne faut pas sous-estimer les capacités militaires ukrainiennes”, note Cyrille Bret, qui évoque un troisième scénario : “La reconquête de ces territoires par Kiev est possible”.  

“Mais pour cela, l’Ukraine devrait adopter une position offensive, alors qu’elle est encore sur la défensive“, nuance Andrew Wilson. “La situation sur le terrain est très instable et peut changer à tout moment“. D’autant que “militairement, les Ukrainiens font de mieux en mieux, avec de plus en plus de matériel occidental, dont des drones”, complète Michael Bociurkiw. 

La Russie et l’Ukraine auraient pu s’accorder plus tôt sur “un statut particulier du Donbass, mais il est trop tard pour cela”, selon Cyrille Bret. “Après ce qui s’est déroulé à Boutcha notamment, l’Ukraine n’est pas prête à faire des compromis avec une nation qu’elle accuse de pratiquer un ‘génocide’ ou de crimes de guerre”, martèle-t-il. 

Un soldat russe entre dans la base du régiment ukrainien d'Azov à Yuriivka, près de Marioupol, dans une zone désormais sous contrôle des forces pro-russes, le 18 mai 2022.
Un soldat russe entre dans la base du régiment ukrainien d’Azov à Yuriivka, près de Marioupol, dans une zone désormais sous contrôle des forces pro-russes, le 18 mai 2022. © AP

“Tout ou rien” : les positions se radicalisent

Les “capitales occidentales – Paris, Berlin, et Rome en tête – vont sûrement augmenter la pression dans les prochains jours pour que les Ukrainiens reprennent les négociations avec les Russes”, explique Michael Bociurkiw. “Mais l’Ukraine n’accepterait pas de céder du territoire à la Russie ni un statut particulier neutre quelconque, surtout quand les Russes sont connus pour violer les accords passés.” 

Selon Andrew Wilson, “il n’y aurait une discussion sur le Donbass que si Kiev obtenait assez de garanties sur sa sécurité et se sentait protégée. Mais pour l’instant, l’Ukraine parle de retour aux frontières d’avant le 24 février, et n’acceptera pas un ‘match nul’ : elle veut reprendre tous les territoires occupés.” 

Aucune sortie diplomatique n’est possible pour l’instant, c’est tout ou rien”, résume Michael Bociurkiw. Et Cyrille Bret de compléter : “Les négociations sont indispensables et elles devront arriver bientôt, mais pour l’instant aucun des deux côtés n’y est prêt . Les guerres ont tendance à radicaliser les positions de chacun.” 

Leave a Reply

Your email address will not be published.