Après la tuerie du Texas, la NRA, le tout-puissant lobby des armes y tient son assemblée annuelle

Monde

Publié le : Modifié le :

Trois jours après la fusillade qui a fait 21 morts dont 19 enfants au Texas, la NRA organise sa grand-messe annuelle en présence de Donald Trump. Si chaque nouvelle tuerie relance le débat autour de la régulation des armes à feu aux États-Unis, la loi est particulièrement permissive dans de nombreux États et la question continue de diviser les Américains, comme l’ont constaté nos correspondants au Texas, Pierrick Leurent et Éric Pape. 

Publicité

La NRA, le puissant lobby pro-armes américain tient vendredi 27 mai son assemblée annuelle au Texas en pleine polémique, trois jours jours seulement après l’effroyable fusillade dans une école de cet État américain.

À quelques heures de route de l’école primaire d’Uvalde, où un adolescent de 18 ans a tué dix-neuf enfants et deux enseignantes mardi, la NRA organise sa grand-messe, en présence de l’ancien président Donald Trump.

Trump promet “un discours important au peuple américain”

L’ancien locataire de la Maison Blanche a confirmé mercredi sa présence, en lançant que les États-Unis avaient “besoin de vraies solutions et de vrai leadership en cette période, pas de politiciens et de considérations partisanes”.

“C’est pourquoi je respecterai mon engagement de longue date de m’exprimer à la convention de la NRA au Texas”, a-t-il fait savoir, promettant “un discours important au peuple américain”.

>> À lire sur France 24 : l’Australie, un modèle pour les États-Unis après la tuerie au Texas ?

Aux États-Unis, les fusillades en milieu scolaire sont un fléau récurrent que les gouvernements successifs ont jusqu’à présent été impuissants à endiguer. Le débat sur la régulation des armes à feu dans le pays tourne pratiquement à vide, étant donné l’absence d’espoir d’une adoption par le Congrès d’une loi nationale ambitieuse sur la question.

Quant à l’opinion publique, elle reste très divisée sur la question. “Selon un récent sondage, 54 % des Américains souhaiteraient plus de restrictions sur les armes à feu, 16 % en voudraient moins et 30 % souhaiteraient que les choses restent comme elles sont”, explique le correspondant de France 24 à Los Angeles, Pierrick Leurent.

Avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.