Cérémonie d’investiture : «Une France plus forte», «une planète plus vivable»… ce qu’il faut retenir du discours d’Emmanuel Macron

Meilleures histoires

Sobriété et brièveté. Au cours d’un discours d’une dizaine de minutes, prononcé ce samedi à l’occasion de la cérémonie d’investiture qui l’investit une seconde fois après sa réélection du 24 avril dernier, Emmanuel Macron a appelé à « agir sans relâche » pour que la France devienne « une nation plus indépendante ». Le président réinvesti promet de « construire nos réponses française et européenne aux défis de notre siècle ».

Devant un parterre de 450 invités rassemblé dans la salle des fêtes du palais de l’Élysée, qui comptait notamment ses prédécesseurs Nicolas Sarkozy et François Hollande, le chef d’État a affiché son ambition de présider avec « une nouvelle méthode » en « planifiant, en réformant, en associant » les Français. « Le temps qui s’ouvre sera celui d’une action résolue pour la France et pour l’Europe », assure-t-il.

Emmanuel Macron a décliné une volonté d’agir à plusieurs échelles, nationales, internationales, médicales et éducatives notamment. « Agir d’abord pour éviter toute escalade suite à l’agression russe en Ukraine, aider la démocratie et le courage à l’emporter », a-t-il affirmé, désireux de « bâtir une nouvelle paix européenne et une nouvelle autonomie sur notre continent ».

« Je n’aurai qu’une boussole : servir »

Sur le plan national, le président a promis d’agir pour une « société du plein-emploi », contre les « inégalités en refondant notre école et notre santé », mais également contre « les insécurités du quotidien, du terrorisme qui rôde toujours. » Emmanuel Macron, qui a déjà annoncé vouloir nommer un Premier ministre chargé de la planification écologique, a également fait le « serment de léguer une planète plus vivable et « une France plus forte » en s’adressant plus directement aux enfants présents dans la salle.

« Chaque jour du mandat qui s’ouvre je n’aurai qu’une boussole : servir », a-t-il assuré, mettant l’accent sur la défense de « l’intérêt général », la « reconnaissance du verdict des urnes » et le « respect de la loi ». « Servir notre pays, miracle de la volonté et de la liberté des hommes. Servir nos concitoyens dont le sens du devoir et l’amour de la patrie sont nos plus sûrs atouts. Servir nos enfants et notre jeunesse », a-t-il insisté.

Avant de rejoindre la garde républicaine dans les jardins de l’Élysée pour assister au tir des traditionnels 21 coups de canon, Emmanuel Macron a pris le temps de saluer, presque un par un, l’ensemble des invités présents. Parmi eux, l’ensemble des ministres qui composent le dernier gouvernement du premier mandat Macron, mais aussi l’ancien Premier ministre Édouard Philippe, chaleureusement salué, ou encore les parents de Samuel Paty, particulièrement émus.

Leave a Reply

Your email address will not be published.