Cyclisme : Alaphilippe finalement dans les temps pour le Tour de France ?

Toute l'actualite

Gravement blessé fin avril, le double champion du monde a repris l’entraînement et espère être au départ le 1er juillet prochain.

Julian Alaphilippe finalement au départ du prochain Tour de France ? Très incertain depuis sa violente chute à Liège-Bastogne-Liège le 24 avril dernier, le plus célèbre des coureurs français pourrait bien prendre la route de Copenhague pour le coup d’envoi du Tour le 1er juillet prochain. «Je vais m’entraîner tranquillement, sans stress mais toujours avec l’idée d’être au départ du Tour, assure l’intéressé à L’Equipe . C’est un objectif motivant.»

Victime d’un pneumothorax à la suite de sa chute, le puncheur de la Quick-Step avait fait savoir dès le 12 mai dernier qu’il était en mesure de reprendre un entraînement léger après avoir guéri plus vite qu’espéré. Cette semaine, son équipe a annoncé qu’il avait pris la direction de la Sierra-Nevada pour effectuer un stage d’entraînement, où il côtoie notamment son compatriote Florian Sénéchal. «Je suis super content d’être ici, ça fait du bien au moral de se remettre dans le bain», se réjouit-il.

Charge de travail différente

Après avoir repris progressivement, d’abord sur le home-trainer, Alaphilippe peut désormais traîner son maillot irisé au beau milieu de ses partenaires. Dont il ne peut pas encore suivre les séances : «J’ai un programme plutôt allégé avec des charges de travail complètement différents, je dois m’y tenir, c’est important. (…) J’ai conscience qu’il faut que je prenne mon temps.»

On va garder la porte ouverte jusqu’au dernier moment

Patrick Lefévère, manager de la formation Quick-Step-Alpha Vinyl

En ce sens, le double champion du monde ne participera pas au Critérium du Dauphiné, la répétition générale au Tour (5 au 12 juin). Resteront ensuite les championnats de France (à Cholet le 26 juin), un objectif de carrière, puis le Tour de France (1er au 24 juillet), où il aime tant briller. «Julian n’est pas à l’abri d’une rechute, il doit rester prudent, tempère son patron Patrick Lefévère. On va garder la porte ouverte du Tour jusqu’au dernier moment mais il ne peut pas faire de miracle. Même si tout se passe bien, ça va être limite.»

Leave a Reply

Your email address will not be published.