DIRECT. Législatives : les Insoumis proposent 50 circonscriptions aux communistes

Meilleures histoires

11:14

La majorité critique les écolos 

Au sein de la Macronie, on s’étonne de voir un parti contenant le mot « Europe » dans son intitulé pactiser avec une force politique appelant à la désobéissance européenne. « Comment les écologistes qui croient dans l’Europe vont-ils se retrouver dans la défiance de Jean-Luc Mélenchon vis-à-vis de l’UE ?, s’interroge  Laurent Pietraszewski, secrétaire d’Etat en charge des retraites et de la Santé. Comment vont-ils se retrouver quand il dit qu’il souhaite arrêter de soutenir l’Ukraine? »

10:40

J-2 pour s’inscrire en ligne sur les listes électorales

La procédure d’inscription en ligne sur les listes électorales est ouverte jusqu’à mercredi. Il sera ensuite toujours possible de s’inscrire physiquement dans votre mairie jusqu’au vendredi 6 mai. 

10:17

Le Parti socialiste peut-il disparaître ?

On ne peut pas être et avoir été. Il y a un peu plus de cinq ans, le parti socialiste présidait à l’Élysée, gouvernait à Matignon et légiférait à l’Assemblée nationale. Aujourd’hui, le parti de Léon Blum, de Jean Jaurès et de François Mitterrand a réalisé l’impensable : afficher le lamentable score de 1,75 % au premier tour de la présidentielle, derrière le Parti communiste (2,3 %), les écologistes (4,6 %) et surtout le désormais tout puissant Jean-Luc Mélenchon, leader des Insoumis. La survie du PS est désormais sur la table. Plus d’informations dans notre article.

10:01

Les Insoumis proposent 50 circonscriptions aux communistes 

La délégation du PCF doit se présenter aux alentours de 14 heures au siège de la France insoumise. Une source proche des négociations fait savoir au Parisien que les Insoumis ont proposé 50 circonscriptions aux communistes, dont toutes celles des députés PCF sortants, confirmant une information de nos confrères de RMC. « Il reste des éléments à discuter concernant certaines circonscriptions », nous fait-on savoir.

09:53

Les rendez-vous vont se poursuivre toute la journée

Le siège de La France insoumise va recevoir du monde ce lundi. La délégation socialiste sera reçue ce matin, tandis que les communistes viendront négocier dans l’après-midi. Les représentants du NPA seront quant à eux reçus vers 17 heures, ajoute le député Eric Coquerel sur BFMTV.

09:42

Hidalgo mène la fronde à Paris

Eliminée avec 1,75% des voix au premier tour de la présidentielle, Anne Hidalgo ne s’est pas encore officiellement exprimée sur la possibilité d’un accord entre le PS et les Insoumis pour les législatives. Mais, dans la capitale, elle a proposé aux communistes et écologistes de sa majorité de faire sans LFI. Plus d’informations dans notre article.

09:20

Les écolos ont explicitement accepté que Mélenchon soit Premier ministre en cas de victoire

Dans l’accord conclu la nuit dernière entre les écolos et la France insoumise figure explicitement le nom du Premier ministre en cas de victoire de la gauche lors des élections législatives. Le texte indique en effet que dans ce cas, « le Premier ministre serait issu du plus grand groupe à l’Assemblée, soit Jean-Luc Mélenchon ».

08:58

Le fond, et la forme

Le chef de file des communistes Fabien Roussel, qui poursuit les discussions avec La France insoumise pour les élections législatives, réfléchit aussi à la façon dont les candidats de la liste d’union de la gauche pourraient être présentés lors des prochaines législatives. « Le label Nouvelle Union Populaire écologiste et sociale me convient. Il permet que toutes les forces de gauche se sentent respectées. Nous pouvons lever un espoir important », a-t-il expliqué sur Franceinfo. 

08:50

« L’attente est immense »

« L’attente est immense. Un immense espoir peut se lever dans le pays », continue Julien Bayou, qui confie être fatigué après avoir mené la présidentielle et ces négociations pour les législatives. « Effectivement on est endetté, on a passé le cap des deux millions d’euros. Nous devons collecter un million d’euros dans les quinze prochains jours », poursuit-il.

08:46

Bayou se félicite d’un accord « exceptionnel »

« C’est exceptionnel. Mais c’est aux Français d’en faire un moment historique », se félicite le Secrétaire national d’Europe-Ecologie-Les Verts au sujet de l’accord conclu avec La France insoumise pour les législatives. Il assume le fait que des désaccords sont constants entre les écolos et les insoumis, notamment sur des sujets internationaux. Il rappelle qu’une majorité à l’Assemblée n’est pas en première ligne sur les sujets internationaux, ce qui permet selon lui de mettre de côté des points de dissension. « Jamais nous ne mettrons le doigt dans l’engrenage d’une sortie de l’Europe », tient-il à rassurer. 

08:35

« J’espère que nous parviendrons nous aussi à conclure cet accord dans la journée »

« J’espère que nous parviendrons nous aussi à conclure cet accord dans la journée, dans la soirée ou dans la nuit », commente sur Franceinfo Fabien Roussel. Il dit vouloir aboutir en dépit de points de désaccord qui perdurent. « « C’est dans les heures qui viennent qu’il faut que nous parvenions à un accord », poursuit-il

08:27

« LR n’a pas le monopole de la droite »

L’ancien ministre explique que les fossoyeurs de LR sont ceux qui l’ont conduit à moins de 5% des élections législatives. Il assume d’avoir quitté le parti pour « participer à la réforme du pays » en soutenant publiquement Emmanuel Macron lors de la présidentielle. Il partira ainsi aux législatives sous l’étiquette de la majorité présidentielle. 

08:24

« Vous ne pouvez pas être socialiste et contre l’Europe »

La conclusion d’un accord entre le PS et les insoumis constituerait une « trahison » des valeurs historiques du socialisme, torpille Eric Woerth. « Vous ne pouvez pas être socialiste et contre l’Europe », dénonce-t-il. 

08:21

Il vaut mieux être plastique que rigide !

« Il faut entendre ce que disent nos compatriotes, poursuit l’ancien ministre Eric Woerth pour défendre les changements apportés par Emmanuel Macron dans l’entre-deux-tours de la présidentielle. Il vaut mieux être plastique que rigide ! », poursuit-il. 

08:16

« Jean-Luc Mélenchon laisse entendre qu’il y a une manipulation du pouvoir »

« Jean-Luc Mélenchon laisse entendre qu’il y a une manipulation du pouvoir », condamne Eric Woerth sur Europe 1, qui ajoute que le candidat déchu à la présidentielle tient un discours ambigu sur la police, au lendemain des actes de violence qui ont émaillé la manifestation du 1er mai à Paris. 

08:07

Les législatives sont aussi une question d’argent

08:02

Coralie Dubost se retire de la vie politique

Epinglée dans un article publié par Mediapart pour le montant de ses notes de frais mensuelles, la députée LREM Coralie Dubost a annoncé hier soir dans un long texte sa décision de se retirer de la vie politique et de ne pas se représenter pour un deuxième mandat législatif. 

07:58

« Une perspective majoritaire »

Manuel Bompard, l’ancien directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon, est l’invité de France Inter. L’accord conclu avec les écolos enclenche, dit-il, « le début d’une dynamique qui a un objectif : aborder les élections législatives avec une perspective majoritaire ». 

07:56

« Chacun doit avoir l’honneur et la responsabilité d’assumer ses victoires et ses défaites »

« Ce pays a besoin qu’on lui raconte une histoire, mais une belle histoire », défend Stéphane Le Foll, qui estime que l’échec de la gauche remonte au 21 avril 2002. « La défaite n’a pas été analysée ce jour-là », dit-il. Stéphane Le Foll ajoute que « chacun doit avoir l’honneur et la responsabilité d’assumer ses victoires et ses défaites », insinuant qu’Olivier Faure aurait dû selon lui démissionner à l’issue du premier tour de la présidentielle. 

07:51

« Le Parti socialiste se range derrière le frondeur qui a réussi »

« C’est un cycle qui est en train de se terminer. Le Parti socialiste se range derrière le frondeur qui a réussi », continue Stéphane Le Foll. L’ex-ministre estime qu’Olivier Faure est en train de sauver des circonscriptions sans s’interroger sur l’opposition qui est en train de se construire. 

07:49

« Après le quoi qu’il en coûte, c’est le rien ne coûte »

Stéphane Le Foll reprend tous les points de clivage relevés avec les Insoumis. A commencer par la volonté de Jean-Luc Mélenchon de défendre le non alignement. Il ajoute ne pas pouvoir se résoudre à la désobéissance avec les règles européennes. La retour à la retraite à 60 ans, « c’est 50 à 60 milliards d’euros à trouver, poursuit-il. Après le quoi qu’il en coûte, c’est le rien ne coûte ».

07:46

Stéphane Le Foll dénonce une soumission des socialistes 

L’ancien ministre de l’Agriculture est l’invité de RTL. Il estime que la « tentation » de la direction du Parti socialiste de signer un accord avec les Insoumis est claire. « Le grand vainqueur de la présidentielle c’est la fronde, une forme de radicalité (…) C’est une soumission », dit-il. « Ce pays pourrait être engagé dans un tripartisme avec beaucoup de droite, une radicalité d’extrême droite et une gauche de plus en plus radicale. Ce pays ne se bouscule pas. On ne peut pas reprocher à Macron d’être Jupiter et vouloir faire la même chose. » 

07:34

Que dit l’accord entre les écolos et LFI?

C’est un pacte historique qui vient de se conclure la nuit dernière. Selon les informations de L’Express, les deux parties se sont entendues autour d’une centaine de circonscriptions en faveur des écologistes. Sur le fond, les deux camps devraient plaider pour le smic à 1400 euros, le retour à la retraite à 60 ans, et même la nécessité de « désobéir » à certaines règles européennes sur des sujets précis. 

07:17

Guerre des clans au sein de la majorité 

07:15

Jean Lassalle va refaire parler de lui

L’ancien candidat, qui a obtenu plus d’un million de voix au premier tour, tiendra une conférence de presse ce lundi matin. ? Il devrait revenir sur l’élection présidentielle et pourrait même annoncer la saisine du Conseil constitutionnel pour obtenir l’annulation de l’élection présidentielle, du fait de la gestion des temps de parole. 

Leave a Reply

Your email address will not be published.