DIRECT. Présidentielle : si Macron est élu, Castex sera toujours bien Premier ministre la semaine prochaine

Meilleures histoires

20:18

Le duel, jusqu’au bout

La «brutalité» de Macron, la «haine» qu’attise Le Pen… Les deux candidats ont fait campagne jusqu’à la dernière minute. L’un dans le Lot, la seconde dans le Pas-de-Calais. Et malgré les 800 kilomètres les séparant, les attaques ont fusé de part et d’autre. Nos reportages

19:54

Un départ dans le camp Zemmour

Antoine Diers, ex porte-parole de Reconquête et directeur adjoint de la stratégie, a quitté l’aventure peu après le premier tour. Sans grande effusion. Le 14 avril, la compagne et stratège d’Eric Zemmour, Sarah Knafo, a envoyé le message suivant sur une boucle Telegram : « Pour info Antoine Diers m’a annoncé quitter l’aventure. Du coup, je vous dis au revoir à sa place ! ». Rapportée par l’hebdomadaire Valeurs actuelles, l’anecdote a été confirmée à l’AFP par un proche du candidat d’extrême droite. Venu de LR, Antoine Diers s’était fait connaître par ses interventions régulières sur les chaînes d’info en continu et sa moustache guidon, très 19e siècle. Il entretenait des inimitiés notoires avec des membres de l’équipe de campagne.

19:43

Gueule de bois

Pour mobiliser les abstentionnistes, Emmanuel Macron a cité en exemple le cas du Brexit, dont le vote avait abouti à un résultat très serré au Royaume-Uni (51,9 %, contre 48,1 %). « Il y a des millions de gens qui, à quelques heures du Brexit [ou] d’élire le président Trump, se disaient : à quoi bon aller voter ? Le jour d’après, ils se sont réveillés avec la gueule de bois », a-t-il déclaré dans une interview à BFMTV.

19:33

S’il est réélu, Castex restera à Matignon… la semaine prochaine, affirme Emmanuel Macron

En cas de réélection d’Emmanuel Macron dimanche, Jean Castex restera Premier ministre la semaine prochaine, qui sera « une semaine de transition » car « il faut de la continuité », a dit le président-candidat à la presse. Interrogé sur la présence de Jean Castex la semaine prochaine et jusqu’au 1er mai au moins, Emmanuel Macron a répondu par l’affirmative, lors de son ultime déplacement de campagne à Figeac, dans le Lot.

« Oui ! », a-t-il dit à des journalistes, « parce que d’abord il faut une transition et que c’est un homme formidable, qui a fait un boulot extraordinaire ».

19:30

57% des voix pour Macron, 43% pour Le Pen selon notre dernier sondage

Le dernier sondage Ipsos pour Le Parisien et France Info révèle que sur 1 600 personnes interrogées ce vendredi, 57 % se disent prêtes à voter pour Emmanuel Macron ce dimanche lors du second tour et 43% voteraient pour Marine Le Pen. Après le débat de mercredi, l’écart se creuse entre les deux candidats, puisque le candidat-président gagne un point, tandis que la candidate RN en perd un. 

19:21

« Affectueusement »

Jean-Luc Mélenchon, en visite au festival du livre de Paris au Grand Palais éphémère, est tombé sur Edouard Philippe en dédicace pour son livre « Impressions et lignes claires ». Les deux hommes s’apprécient. Jean-Luc Mélenchon lui a demandé sur quoi il avait écrit, Edouard Philippe a répondu : « Sur ce que c’est d’être Premier ministre, visiblement ça vous intéresse en ce moment! » L’ancien locataire de Matignon a alors écrit une dédicace sur un exemplaire offert à l’ex-candidat : « Pour Jean-Luc, ces impressions et lignes claires sur ce que gouverner veut dire ! Affectueusement ».

19:10

A la Concorde

En cas de victoire dimanche, l’équipe de Marine Le Pen a prévu que la candidate irait rejoindre près de Paris à Boulogne-Billancourt les 13 bus de sa campagne floqués à son effigie. Ils convergeront d’abord vers l’Arc se Triomphe puis la place de la Concorde. « C’est pour symboliser la victoire et la Concorde », explique le directeur adjoint de la campagne Jean-Philippe Tanguy.

19:03

Les discussions à gauche « avancent mieux que ce que je pensais », se réjouit Jean-Luc Mélenchon

Son parti, La France Insoumise, a engagé des discussions bilatérales en début de semaine avec EELV, le PCF et le NPA. Pas encore avec le PS, qui a pourtant voté en faveur d’une alliance avec LFI. Elles se poursuivront ce weekend avec EELV. Avec les écologistes, « il aura suffi de rencontres informelles pour mettre de côté les contentieux », a salué Jean-Luc Mélenchon lors d’une visite au Festival du livre de Paris, vendredi. Pour lui, « le plus important c’est le fond de la stratégie, si on tombe d’accord sur le programme on entraînera, si on cache la moitié, si on raconte des salades, on n’arrive à rien car les gens n’accepteront pas. Ce sera un pari… Je sais que ça peut nous coûter », a confié l’ex-candidat à la présidentielle, en référence aux réticences de certains de ses militants à pactiser avec des partis plus modérés.

18:30

Le vote dimanche sera «fondamental» selon Macron

« Le choix entre le programme de Marine Le Pen et le mien est fondamental. C’est un choix de sortie ou pas de l’Union européenne, un choix de sortie ou pas du couple franco-allemand, un choix de sortie ou pas de l’écologie, un choix de sortie ou pas de la république laïque », répète Emmanuel Macron, reprenant des éléments de langage déjà dit ces derniers jours. « Nous tous déciderons de l’avenir du pays », constatant que « les extrêmes se nourrissent des crises ». 

18:28

«Beaucoup de sujets à la négociation»

Il y aura « beaucoup de sujets à la négociation », promet Emmanuel Macron, dans une interview sur BFM TV, assurant vouloir réunir les partis politiques et les partenaires sociaux « dans les prochains mois ». 

18:27

Le Pen est «la candidate d’un clan», accuse Emmanuel Macron

« Elle est la candidate d’un clan, l’héritière familiale d’un parcours politique », pas « celle du peuple », accuse sur BFM TV Emmanuel Macron, au sujet de Marine Le Pen. « Le programme que propose le Front national (sic) ferait de la France le premier pays du monde à aller jusque-là », en interdisant le voile dans l’espace public, poursuit-il. 

18:15

Marine Le Pen demande l’arrêt d’envoi de SMS de la part de l’équipe d’Emmanuel Macron

Marine Le Pen demande à la Commission nationale de contrôle de la campagne électorale en vue de l’élection présidentielle (CNCCEP) de saisir l’équipe de campagne d’Emmanuel Macron, a priori à l’origine d’envois de SMS que la candidate d’extrême droite juge mensongers. Les SMS litigieux, qui comportent un lien qui renvoie vers le site du candidat Macron, affirment que la candidate souhaite la « fin de l’Accord de Paris ».

« La diffusion de cette allégation est parfaitement fausse de telle manière qu’il est nécessaire d’y apporter un correctif immédiat”, estiment les avocats de Marine Le Pen dans un courrier envoyé à la CNCCEP.

« Transformer l’élection présidentielle en un référendum écologique fondé sur un faux sorite relève d’un élément susceptible d’altérer la sincérité du scrutin et portera atteinte au résultat de l’élection », affirment encore les conseils de la candidate, en relevant que la diffusion du SMS est, selon eux, « massive ».

17:54

EELV ne va pas encaisser le chèque de Jean Lassalle

EELV a bien reçu le chèque de 10 euros envoyé par Jean Lassalle, après le premier tour de la présidentielle, mais « on ne va pas l’encaisser », explique Julien Bayou. « D’abord parce que c’est un don d’un parti politique, et puis on pense qu’il devrait le faire à une association féministe, par exemple », explique-t-il.

Après avoir obtenu 3,13 % des voix lui-même à la présidentielle, Jean Lassalle avait annoncé qu’il allait aider, ironiquement, la LR Valérie Pécresse, l’écologiste Yannick Jadot et la socialiste Anne Hidalgo, trois des candidats qui n’ont pas obtenu les 5 % des voix nécessaires pour se faire rembourser leur frais de campagne.

17:10

Les détenus ont voté… et vont revoter

Au premier tour, les détenus ont plébiscité, en tête Jean-Luc Mélenchon avec 45,78 % des voix contre 20,28 % pour Marine Le Pen, légèrement derrière Emmanuel Macron (18,63 %).

16:53

«Rien n’est joué» redit Emmanuel Macron

« Le 24 avril, ce sera un référendum pour savoir si on veut être fidèle à notre histoire, un référendum pour ou contre l’Europe, un référendum pour ou contre une République laïque et indivisible, un référendum pour ou contre la fidélité à nos valeurs », conclut Emmanuel Macron, pour son dernier meeting de campagne. « Rien n’est joué », rappelle-t-il. « Le 24 avril sera le début d’une nouvelle époque exigeante », lance le président.

16:48

«Ce que j’attends de vous…»

« Rien n’est joué », termine Emmanuel Macron, à son dernier meeting de campagne. « Ce que j’attends de vous : c’est de vous mobiliser, de convaincre, d’avancer, d’expliquer ce que nous avons fait, ce que nous allons faire », lance-t-il à la foule.

16:45

Macron attaque Le Pen

« On ne fera pas l’unité du pays en promettant tout et en ne finançant rien », attaque Emmanuel Macron, visant directement Marine Le Pen. « On ne mènera aucune bataille sur des malentendus et des mensonges », continue le président sortant, mettant en garde contre des « lendemains difficiles ». « Je peux tenir un discours sans avoir un seul mot de haine », poursuit-t-il.

16:36

Emmanuel Macron veut des politiques environnementales territoriales

L’écologie « doit être au cœur de notre politique », dit Emmanuel Macron, rappelant sa volonté de charger le Premier ministre de la planification écologique. « Nous devons réussir un nouveau pacte avec nos territoires sur le plan de la transition écologique : nous devons penser une politique nationale et la décliner au niveau local », explique Emmanuel Macron, citant notamment l’agriculture et les transports.

16:23

Emmanuel Macron s’attaque aux déserts médicaux

« Dès 2018, on a pris des décisions fondamentales : changer l’organisation de nos hôpitaux et mettre fin au numerus clausus », se défend Emmanuel Macron au sujet des déserts médicaux. « Mais les médecins formés en plus n’arriveront pas même avant la fin du prochain quinquennat. » Avant de faire applaudir le personnel de santé, disant sa volonté de vouloir améliorer leurs conditions de travail.

Le président candidat déroule son programme contre les déserts médicaux, avec un plan d’investissement « inédit ». « La stratégie sera bâtie au niveau national dès les prochains mois », promet-il. « Ça sera mobilisation générale », affirme Emmanuel Macron.

16:13

«Nous rouvrirons des petites lignes» ferroviaires

« Nous poursuivrons le financement massif dans le ferroviaire », annonce Emmanuel Macron. « Nous rouvrirons des petites lignes » ferroviaires, dit-il aussi, annonçant vouloir mettre en place des solutions pour relier les petites villes aux grandes villes.

16:06

«La France, c’est un bloc»

« La France, c’est un bloc. Et elle est faite de tout cela. La France est un bloc dans son histoire. Elle est forte d’une république laïque, respectueuse », dit Emmanuel Macron, depuis Figeac, refusant d’opposer les territoires d’entre eux, citant notamment les quartiers populaires.

15:59

Les bons mots à Jean Castex

Je veux « remercier notre Premier ministre ». « Je veux lui dire le bonheur qui est le mien depuis deux ans de l’avoir à mes côtés », dit Emmanuel Macron, à destination de Jean Castex, présent parmi les militants.

15:57

Emmanuel Macron commence son dernier meeting

Le président sortant entame son dernier meeting de campagne de Figeac, dans le Lot. Son discours devrait durer 1 h 30. « Merci à tous d’être là ! » lance-t-il aux centaines de militants ayant fait le déplacement.

15:19

Emmanuel Macron attendu en meeting

Le président sortant doit s’exprimer à Figeac dans les prochaines minutes pour son dernier meeting de campagne. 

14:45

Macron à Figeac en compagnie de Castex

Le président sortant est arrivé dans cette commune du Lot peu après 13 heures. Après avoir déjeuné avec son Premier ministre Jean Castex qu’il a retrouvé sur place, le candidat doit arriver d’ici quelques instants sur une scène entourée de public, façon discours de Strasbourg, pour son dernier rendez-vous de campagne, qui devrait débuter peu après 15 heures.

Leave a Reply

Your email address will not be published.