En direct : Kiev promet de “tout faire” pour défendre le Donbass

Europe Monde

Publié le : Modifié le :

Le président ukrainien Volodimyr Zelensky a promis vendredi soir vouloir “tout faire” pour défendre le Donbass, où l’armée russe a intensifié son offensive. Retrouvez le déroulé de la journée du samedi 28 mai.

Publicité

  • 10 h 55 : l’armée russe confirme la conquête de la localité clé de Lyman

L’armée russe a confirmé la conquête de la localité clé de Lyman, dans l’est de l’Ukraine, un carrefour qui ouvre la route vers les grandes villes de Sloviansk et Kramatorsk.

“À l’issue des actions communes des unités de la milice de la République populaire de Donetsk et des forces armées russes, la ville de Lyman a été entièrement libérée des nationalistes ukrainiens”, a déclaré dans un communiqué le ministère russe de la Défense, en confirmant ainsi une annonce faite la veille par les séparatistes prorusses de l’Est ukrainien.

  • 6 h 42 : Kiev promet de “tout faire” pour défendre le Donbass

Kiev s’est engagé a “tout faire” pour défendre le Donbass, où l’armée russe intensifie son offensive, poussant les forces ukrainiennes à envisager un retrait stratégique sur certaines lignes de front dans cette région de l’est du pays afin d’éviter un encerclement.

“La situation dans le Donbass est très, très difficile”, a déclaré vendredi le président Volodimyr Zelensky dans une adresse vidéo. “Nous protégeons notre terre et nous faisons tout pour renforcer” la défense de cette région, a-t-il assuré.

La défense territoriale de l’autoproclamée “république” séparatiste prorusse de Donetsk a indiqué sur Telegram avoir “pris le contrôle complet” de la localité-clé de Lyman, avec “l’appui” de l’armée russe.

Mais le président Zelensky a rétorqué : “Si les occupants pensent que Lyman et Severodonetsk seront les leurs, ils se trompent. Le Donbass sera ukrainien”.

  • 22 h 29 : Le procureur de la CPI appelle la Russie à coopérer sur l’enquête en Ukraine

La Russie devrait coopérer à l’enquête de la Cour pénale internationale (CPI) sur les crimes de guerre présumés commis en Ukraine depuis l’invasion russe, a déclaré vendredi à l’AFP le procureur du tribunal. Karim Khan a déclaré que Moscou a refusé de travailler avec le tribunal depuis l’ouverture de son enquête, mais a ajouté que sa “porte est ouverte”. 

Le Britannique a également insisté sur le fait que les suspects de crimes de guerre pourraient être traduits en justice, bien qu’il ait refusé de dire si le président russe Vladimir Poutine pourrait l’être un jour.

Avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.