En direct : la guerre en Ukraine entre dans son quatrième mois

Europe Monde

Publié le : Modifié le :

La guerre en Ukraine entre mardi dans son quatrième mois, au moment où les troupes russes concentrent leur offensive sur la dernière poche de résistance de la région de Louhansk, dans le Donbass. La situation y est “extrêmement difficile”, assure Volodymyr Zelensky. Suivez notre direct.

Publicité

  • 9 h 51 : dans l’est, l’armée ukrainienne pense encore pouvoir “mettre en échec” les Russes 

Alors que la région de Louhansk est presque entièrement envahie, l’armée ukrainienne reste persuadée qu’elle peut “mettre en échec” les Russes, explique Gwendoline Debono, l’envoyée spéciale de France 24. 


  • 8 h 45 : après trois mois de guerre, quelles sont les zones contrôlées par l’armée russe ? 

La guerre en Ukraine entre dans son quatrième mois, au moment où les troupes russes concentrent leur offensive sur la dernière poche de résistance de la région de Louhansk, dans le Donbass.


  • 8 h 26 : un embargo de l’UE sur le pétrole russe possible “d’ici quelques jours”, selon Berlin

Un embargo européen sur le pétrole russe est possible “d’ici quelques jours”, a estimé le ministre allemand de l’Économie Robert Habeck, alors que le sujet ne fait pour l’instant pas l’unanimité nécessaire au sein des Vingt-Sept.

“Il n’y a plus que quelques États, surtout la Hongrie, qui ont signalé des problèmes”, a dit Robert Habeck à la télévision publique ZDF. Mais “les discussions se poursuivent” et “je pense que nous allons réussir une percée d’ici quelques jours.”

Les Européens ont déjà annoncé la fin des importations de charbon russe à partir d’août prochain. Mais un embargo sur le pétrole d’ici la fin de l’année est encore en cours de discussion.

  • 6 h 48 : opposé à la guerre, un diplomate russe démissionne avec fracas à Genève

Boris Bondarev, conseiller auprès de la représentation permanente russe à l’Office des Nations unies à Genève, a annoncé avec fracas sa démission, affirmant dans une lettre rendue publique que “jamais” il n’avait eu “autant honte” de son pays.


  • 4 h 46 : Moscou pourrait installer une base militaire dans la région de Kherson

L’administration mise en place par la Russie dans la région ukrainienne de Kherson va demander à Moscou d’y installer une base militaire, a rapporté l’agence de presse RIA, citant un représentant local.

Adjacente de la péninsule de Crimée annexée par la Russie en 2014, la région de Kherson est passée sous le contrôle de Moscou dans le cadre de l’offensive lancée le 24 février. Une nouvelle administration a été mise en place dans la région, où le rouble russe a été introduit.


  • 4 h 19 : une situation “extrêmement difficile” dans le Donbass, s’inquiète Volodymyr Zelensky

“Les prochaines semaines de guerre seront difficiles”, a prévenu lundi soir le président ukrainien Volodymyr Zelensky dans son allocution télévisée quotidienne. “Les occupants russes s’efforcent de montrer qu’ils n’abandonneront pas les zones occupées de la région de Kharkiv (nord-est), qu’ils ne rendront pas la région de Kherson (sud), les territoires occupés de la région de Zaporijjia (sud-est) et le Donbass (est). Ils avancent quelque part. Ils renforcent leurs positions ailleurs.”

La situation est même “extrêmement difficile” dans le Donbass : les Russes cherchent à y “éliminer tout ce qui est vivant”, a accusé Volodymyr Zelensky.

  • 1 h 54 : Moscou va privilégier les relations avec la Chine

Au cours d’une séance de questions-réponses lors d’un événement à Moscou, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a assuré que la Russie étudierait toute offre des Occidentaux pour rétablir leurs liens et déterminerait alors si cela est nécessaire. Le chef de la diplomatie russe a par ailleurs indiqué que l’objectif de Moscou était désormais de renforcer les liens avec Pékin.

Sergueï Lavrov a reproché aux pays occidentaux d’avoir adopté une “russophobie” depuis le début de l’offensive de son pays en Ukraine. La Russie œuvre pour remplacer les produits importés depuis les pays occidentaux et, à l’avenir, s’appuiera seulement sur des pays “fiables” n’étant pas redevables de l’Occident, a-t-il déclaré. “Nous devons arrêter d’être dépendants d’une quelconque manière des livraisons de quoi que ce soit en provenance de l’Occident afin de garantir le développement de secteurs primordiaux pour la sécurité, l’économie de la sphère sociale de notre patrie.”

Avec AFP et Reuters

Leave a Reply

Your email address will not be published.