En direct : la Russie réduit de 40 % les livraisons quotidiennes de gaz via Nord Stream

Europe

La Russie va réduire de plus de 40 % ses livraisons quotidiennes de gaz via le gazoduc Nord Stream, a annoncé Gazprom mardi. Sur le terrain militaire, la ville clé de Severodonetsk est sous le feu des bombardements, qui visent les ponts et ses principales voies de communication. Suivez notre direct.

Publicité

  • 13 h 33 : Moscou annonce un couloir humanitaire demain pour les civils de l’usine Azot de Severodonetsk

“Un couloir humanitaire sera ouvert en direction du nord [jusqu’à la ville de Svatove] le 15 juin” de 5 heures TU à 17 heures TU, a indiqué le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

  • 12 h 59 : La Russie réduit de 40 % les livraisons de gaz quotidiennes via Nord Stream, déclare Gazprom 

Le géant russe Gazprom a annoncé mardi baisser de plus de 40 % sa capacité quotidienne de livraison de gaz vers l’Allemagne via le gazoduc Nord Stream, des équipements nécessaires n’ayant pas été livrés par le groupe allemand Siemens.

“Les livraisons de gaz via le gazoduc Nord Stream ne peuvent être assurées que jusqu’à un volume de 100 millions de mètres cubes de gaz par jour au lieu des 167 millions de mètres cubes par jour prévus”, a indiqué le groupe dans un communiqué publié sur la messagerie Telegram. 

En raison, entre autres, de l’absence de compresseurs Siemens, “seules trois unités de compression de gaz peuvent actuellement être utilisées” à la station de compression de “Portovaïa”, près de la ville de Vyborg dans la région de Léningrad (nord-ouest de la Russie), où se fait le remplissage de Nord Stream.

  • 12 h 30 : Londres n’a pas demandé d’aide russe pour ses ressortissants condamnés à mort, affirme le Kremlin 

Les autorités britanniques “ne se sont pas adressées” à la Russie, a indiqué aux journalistes le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, assurant que la partie russe “serait prête à écouter”, mais que Londres devait également s’adresser aux autorités séparatistes.

Les Britanniques Aiden Aslin et Shaun Pinner et le Marocain Brahim Saadoun, faits prisonniers en Ukraine, où ils combattaient pour Kiev, ont été condamnés à mort le 9 juin pour mercenariat par la justice des autorités séparatistes de Donetsk.

Selon les familles des Britanniques, les deux hommes installés dans le pays depuis 2018 et en couple avec des Ukrainiennes servaient dans l’armée ukrainienne depuis plusieurs années et n’étaient donc pas des mercenaires.

  • 11 h 23 : “Il faut donner un signal positif” à la candidature de l’Ukraine à l’UE, affirme Clément Beaune

Le ministre français chargé de l’Europe a estimé mardi que l’UE devait être ouverte à la demande de candidature de l’Ukraine, quelques jours avant l’avis que doit rendre la Commission européenne sur la question.

“Il faut donner un signal positif le plus vite possible”, a déclaré Clément Beaune. “Après, lancer un processus d’adhésion, je le dis très honnêtement, ça prend du temps. D’abord, c’est un pays en guerre, l’urgence, c’est d’arrêter la guerre, de reconstruire l’Ukraine, et ensuite de la faire adhérer dans de bonnes conditions, et pour l’UE, et pour l’Ukraine”, a-t-il souligné.

  • 11 h 07 : face au “chantage” gazier de Moscou, l’UE se tourne vers Israël

“Le Kremlin a utilisé notre dépendance aux énergies fossiles russes pour nous faire du chantage”, a accusé Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, lors d’un discours à l’université Ben-Gourion du Néguev, dans le sud d’Israël.

“Depuis le début de la guerre [en Ukraine], la Russie a délibérément coupé ses approvisionnements de gaz à la Pologne, la Bulgarie et la Finlande, à des entreprises néerlandaises et danoises en représailles à notre soutien à l’Ukraine”, a-t-elle souligné.  

“Par exemple, nous explorons actuellement des voies pour renforcer notre coopération énergétique avec Israël”, a-t-elle ajouté, citant un projet de câble électrique sous-marin reliant l’État hébreu, Chypre et la Grèce et un “pipeline” en Méditerranée orientale. 

  • 9 h 46 : un nouveau pont détruit à Severodonetsk, les Ukrainiens démentent un encerclement 

“Des bombardements massifs ont détruit un troisième pont, mais la ville n’est pas isolée. Il y a des voies de communication même si elles sont assez compliquées,” a indiqué le chef de l’administration municipale, Oleksandre Striouk, à une télévision ukrainienne. 

“Les troupes russes n’abandonnent pas leurs tentatives de prendre la ville, mais les militaires tiennent bon”, a-t-il ajouté. Il a cependant souligné que “des combats de rue sont en cours” et que “la situation change d’heure en heure”. Lyssytchansk et Severodonetsk sont deux villes voisines, séparées par la rivière Donets.

Oleksandre Striouk a indiqué que “540 à 560 personnes” étaient réfugiées dans les souterrains de la grande usine chimique Azot, sous les bombardements. Si le ravitaillement est “difficile”, il y a “quelques réserves” dans l’usine, a-t-il déclaré. “L’ennemi réduit en pièces notre plus grande entreprise”.

  • 8 h 36 : le pape François déclare que la situation n’est pas “blanche ou noire” en Ukraine

Le souverain pontife a déclaré que la guerre en Ukraine avait “peut-être été d’une certaine manière provoquée”, ou n’avait en tout cas pas été “empêchée”. “Nous ne devons pas oublier les vrais problèmes si nous voulons qu’ils soient résolus”, a-t-il dit, citant l’industrie de l’armement comme l’un des facteurs de déclenchement de la guerre. Il a aussi affirmé avoir rencontré il y a plusieurs mois un chef d’État qui s’inquiétait de voir l’Otan “aboyer aux portes de la Russie” d’une façon qui pourrait conduire à la guerre. 

Il a néanmoins qualifié l’usage par la Russie de mercenaires, dont des Tchétchènes et des Syriens, en Ukraine de “monstrueux” et a dit que les troupes russes étaient “féroces” et “cruelles”, tandis que les Ukrainiens luttaient “pour leur survie”. 

  • 5 h 24 : sept corps retrouvés près de Boutcha, le reportage de nos envoyés spéciaux


  • 4 h : Emmanuel Macron attendu en Roumanie, avant la Moldavie et peut-être Kiev

Le président français entame mardi 14 juin sa première tournée dans le sud-est de l’Europe directement affecté par le conflit en Ukraine déclenché par Moscou fin février. Emmanuel Macron, accompagné des ministres des Affaires étrangères, Catherine Colonna, et de la Défense, Sébastien Lecornu, seront accueillis en fin de journée sur la base Mihail Kogalcinearu, à proximité de Constanta, le grand port roumain sur la mer Noire, un emplacement devenu extrêmement stratégique depuis le début de la guerre.

Après avoir été accueilli par le Premier ministre Nicolae Ciuca, le chef de l’État discutera avec les forces de la mission Aigle, lancée dans le cadre du renforcement par l’Otan de “sa posture dissuasive et défensive sur son flanc est de l’Europe”. La France y a récemment déployé un système de défense sol-air de dernière génération.

À la mi-journée, le chef de l’État sera reçu à Chisinau, la capitale de Moldavie, par la présidente Maia Sandu. Sa visite en Ukraine pourrait prochainement se dérouler en compagnie du chancelier allemand, Olaf Scholz, et du Premier ministre italien, Mario Draghi, selon des médias à Berlin et Rome. Une information non confirmée par l’Élysée, qui précise que “rien n’est acté” à ce stade. 

  • 0 h : la Lituanie va acheter 18 canons Caesar français

“La Lituanie va acheter 18 canons howitzer Caesar Mark II”, a annoncé le ministre lituanien de la Défense Arvydas Anusauskas dans un tweet accompagné d’une photo de la signature de la lettre d’intention avec son homologue français, Sébastien Lecornu. “Ils vont considérablement renforcer les capacités de l’armée lituanienne”, ajoute-t-il, précisant qu’il s’agit du “plus important projet d’acquisition” jamais passé avec la France.

Cette décision intervient alors que le pays balte, membre de l’UE et de l’Otan, a décidé d’augmenter de 300 millions d’euros, le portant à 1,5 milliard, son budget de défense pour 2022 à la lumière de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et des craintes qu’elle suscite pour sa propre sécurité.

Avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.