En direct : l’armée ukrainienne affirme avoir été chassée du centre de Severodonetsk

Europe

La bataille continue de faire rage, lundi, à Severodonetsk où l’armée ukrainienne apparaît en grande difficulté. Son état-major annonce avoir été chassé du centre de la ville par les Russes. L’ONG Amnesty international s’est, elle, intéressée aux bombardements sur Kharkiv, accusant Moscou de crimes de guerre. Suivez les derniers développements avec France 24.

Publicité

  • 16 h 20 : sept corps découverts dans une nouvelle fosse près de Boutcha

Sept corps ont été découverts lundi dans une nouvelle fosse, près de Boutcha, où des cadavres de civils ont été retrouvés après le retrait de l’armée russe de la région de Kiev fin mars, a annoncé la police de Kiev.

“Sept civils ont été torturés par les Russes puis lâchement exécutés d’une balle dans la tête”, a indiqué sur Facebook le chef de la police de Kiev, Andriï Nebytov, précisant que “plusieurs victimes avaient les mains liées et les genoux attachés”. “Cette fosse a été découverte aujourd’hui là où les militaires russes étaient stationnés, près du village de Myrotské”, situé respectivement à 10 km au nord-ouest de Boutcha et à 35 km de Kiev sur le même axe, a-t-il ajouté.

  • 15 h 57 : quatre villages évacués dans le nord de l’Ukraine

Trois frappes russes ont touché la ville de Prylouky dans le nord de l’Ukraine. “L’ennemi a tiré trois missiles sur Prylouky. L’information concernant les destructions est en cours de clarification”, a écrit sur Telegram le gouverneur de la région de Tcherniguiv, Viatcheslav Tchaous, sans donner plus de précisions. Aucun détail n’a été fourni sur l’infrastructure visée à Prylouky qui abrite un aérodrome militaire. 

Suite à ces bombardements, l’évacuation de quatre villages – Zaïzd, Petrivské, Tykhé et Soukhostavets – a été ordonnée, a indiqué le responsable de la défense civile de la région, Serguiï Boldyrev, cité par le média Souspilné. 

  • 13 h 37 : Wikipedia s’oppose à la suppression d’informations sur la guerre en Ukraine

La fondation Wikimedia, propriétaire de Wikipédia, a fait appel le 6 juin de la décision d’un tribunal de Moscou exigeant qu’elle retire les informations liées à l’invasion russe de l’Ukraine, a-t-on appris par l’avocat de la Fondation Wikimedia, Stephen LaPorte.

La justice russe l’a condamnée à une amende de 5 millions de roubles (88 000 dollars) pour avoir refusé de retirer des articles en langue russe qualifié de “désinformation”, notamment pour les pages “L’invasion russe de l’Ukraine”, “Les crimes de guerre pendant l’invasion russe de l’Ukraine” et “Massacre de Boutcha“.

Wikipedia fait valoir que la suppression d’informations constitue une violation des droits de l’homme et argue que les gens ont le droit de connaître les faits de la guerre.

  • 11 h 06 : la Lituanie s’apprête à acheter des canons Caesar français

La Lituanie va signer une lettre d’intention en vue d’acquérir des canons automoteurs français Caesar. Cette annonce a été faite par le ministre lituanien de la Défense en marge du salon de défense Eurosatory, qui a lieu à Paris, où il doit rencontrer son homologue français Sébastien Lecornu. Le nombre des canons automoteurs que Vilnius compte acquérir n’est pas précisé.

Ce pays balte, membre de l’UE et de l’Otan, a décidé d’augmenter son budget militaire de 300 millions d’euros. Voisin de la Biélorussie, il craint pour sa propre sécurité à la lumière de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. 

  • 9 h 50 : à Severodonetsk, une zone industrielle abritant 500 civils sous le feu des Russes

Le gouverneur de la région de Louhansk, Serguiï Gaïdaï, affirme sur sa page Facebook qu’une zone industrielle de Severodonetsk – où sont réfugiés environ 500 civils, dont 40 enfants – est fortement bombardée par l’artillerie des forces russes. Les Ukrainiens tentent d’organiser une évacuation, a-t-il précisé. 

  • 8 h 49 : les forces ukrainiennes chassées du centre de Severodonetsk, selon Kiev

“Avec le soutien de l’artillerie, l’ennemi a mené un assaut à Severodonetsk, a enregistré un succès partiel et repoussé nos unités du centre-ville. Les hostilités se poursuivent”, a annoncé l’état-major ukrainien dans son point du matin publié sur Facebook.

Serguiï Gaïdaï, gouverneur de la région de Louhansk – dont Severodonetsk est le centre administratif pour la partie contrôlée par les autorités ukrainiennes – a confirmé que les forces ukrainiennes avaient été repoussées du centre-ville. “Les combats de rue se poursuivent (…) les Russes continuent de détruire la ville”, a-t-il écrit lundi matin sur Facebook, en publiant des photos d’immeubles en ruines ou en flammes. Par ailleurs, selon lui, les Russes contrôlent “plus de 70%” de la ville.

  • 7 h 23 : un ex-Premier ministre russe dit ne plus reconnaître Poutine

Depuis l’étranger où il s’est réfugié en raison de son opposition à l’offensive russe en Ukraine, Mikhaïl Kassianov, Premier ministre de la Russie entre 2000 et 2004, a déclaré à l’AFP que Vladimir Poutine n’était “pas lui-même”. 

Cet opposant, limogé par le président russe en 2004, explique avoir compris très rapidement qu’une guerre se profilait, trois jours avant l’invasion de l’Ukraine, quand Vladimir Poutine a convoqué dans une mise en scène bien ordonnée les membres de son Conseil de sécurité pour une réunion retransmise à la télévision. “Quand j’ai regardé cette réunion du Conseil de sécurité russe, j’ai fini par comprendre que oui, il y aurait une guerre (…). Je connais ces gens et en les regardant, j’ai vu que Poutine n’était pas lui-même. Pas sur le plan médical, mais politique”, a-t-il affirmé.

  • 4 h 55 : la bataille redouble d’intensité à Severodonetsk

Les combats s’intensifient dans l’Est de l’Ukraine. “L’ennemi a concentré l’essentiel de ses efforts dans le nord de la région de Louhansk”, où il “utilise l’artillerie à grande échelle et, malheureusement, a un avantage de 10 contre un”, a expliqué sur Facebook Valeri Zaloujny, le commandant en chef de l’armée ukrainienne. “Nous continuons de tenir nos positions”, a-t-il néanmoins assuré, affirmant que “chaque mètre de terre ukrainienne là-bas est couvert de sang – pas seulement le nôtre, mais aussi celui de l’occupant”.

 “La situation à Severodonetsk est extrêmement difficile”, a assuré le gouverneur ukrainien de la région de Louhansk, Serguiï Gaïdaï. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, dans son message vidéo du soir, a qualifié ces combats de “très violents”, affirmant que Moscou déploie des troupes insuffisamment entraînées et utilise ses jeunes hommes comme “chair à canon”.

  • 4 h 01 : Moscou a gagné 93 milliards d’euros via ses exports fossiles depuis le début de la guerre

La Russie a engrangé 93 milliards d’euros de revenus tirés de l’exportation d’énergies fossiles durant les 100 premiers jours de sa guerre contre l’Ukraine, dont une majorité vers l’Union européenne, selon le rapport du Centre for research on energy and clean Air (CREA). Cette publication survient alors que l’Ukraine presse les Occidentaux de rompre tout commerce avec la Russie pour cesser d’alimenter le trésor de guerre du Kremlin.

  • 3 h 14 : Amnesty accuse la Russie de crimes de guerre en Ukraine

Intitulé “Tout le monde peut mourir à tout moment”, un rapport d’Amnesty international montre comment les forces russes ont tué et provoqué d’immenses dégâts en bombardant sans relâche des quartiers résidentiels de Kharkiv depuis le début de l’invasion de l’Ukraine.

Au cours d’une enquête approfondie, l’ONG de défense des droits de l’Homme affirme avoir trouvé des preuves montrant que dans sept attaques sur des quartiers de la ville, les forces russes ont utilisé des bombes à sous-munitions de type 9N210 et 9N235 et des mines à dispersion, deux catégories interdites par des traités internationaux.

Bien que la Russie ne soit signataire ni de la Convention sur les armes à sous-munitions ni de celle sur les mines antipersonnel, le droit international humanitaire interdit les attaques et l’utilisation d’armes qui, par nature, frappent sans discrimination et constituent un crime de guerre, souligne le rapport d’Amnesty.

Avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.