En direct : les combats font rage à Severodonetsk, où la situation change “d’heure en heure”

Europe Monde

Alors que les combats se poursuivent mardi à Severodonetsk, l’armée russe assure avoir pris le contrôle des zones résidentielles de cette ville stratégique du Donbass – une information que France 24 n’est pour l’heure pas en mesure de vérifier. L’autre grande bataille est celle des ressources en blé : Washington accuse Moscou de faire un “chantage” aux exportations de blé. Suivez notre direct.

Publicité

  • 14 h 42 : près de 600 Ukrainiens sont détenus par les Russes dans la région de Kherson, selon Kiev

L’Ukraine a accusé l’armée russe d’avoir emprisonné près de 600 personnes, essentiellement des journalistes et militants pro-Kiev, dans la région de Kherson, dans le sud du pays, entièrement occupée par les forces de Moscou.

“Selon nos informations, environ 600 personnes sont (…) détenues dans des sous-sols spécialement aménagés dans la région de Kherson”, a indiqué Tamila Tacheva, représentante du président ukrainien pour la Crimée, péninsule ukrainienne frontalière de Kherson et qui a été annexée par Moscou en 2014.

Il s’agit “essentiellement de journalistes et militants” qui ont organisé “des rassemblements pro-ukrainiens à Kherson et dans sa région” après l’occupation de ce territoire par les Russes, a-t-elle précisé. “Selon nos informations, ils sont détenus dans des conditions inhumaines et sont victimes de tortures”, a accusé Tamila Tacheva sans donner de détails. 

  • 12 h 56 : Moscou assure avoir pris le contrôle des zones résidentielles de Severodonetsk

Le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou a affirmé que l’armée russe avait pris le contrôle des zones résidentielles de Severodonetsk, ville de l’est de l’Ukraine et actuel épicentre des combats dans la région.

“Les zones résidentielles de Severodonetsk ont été totalement libérées”, a-t-il déclaré, selon la formule employée par Moscou. “La prise de contrôle de sa zone industrielle et des localités voisines se poursuit”, a-t-il ajouté lors de ce même briefing diffusé à la télévision.

Selon le ministre russe de la Défense, dont les apparitions sont rares depuis le début de l’offensive russe en Ukraine, Moscou contrôle désormais 97 % de la région ukrainienne de Louhansk, à laquelle appartient Severodonetsk.

“Les villes de Lyman et Sviatoguirsk, ainsi que 15 autres localités, ont été libérées”, a-t-il aussi ajouté.

Si elle était confirmée, la conquête de ces deux villes serait significative, car elle permettrait de lever un dernier obstacle vers la ville symbole de Sloviansk et vers celle de Kramatorsk, la capitale de la région de Donetsk sous contrôle ukrainien.

  • 11 h 43 : Kiev refuse que le chef de l’AIEA se rende à la centrale nucléaire occupée de Zaporijjia

L’Ukraine s’oppose au déplacement du directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) Rafael Grossi à la centrale nucléaire de Zaporijjia (sud) tant que celle-ci est occupée par les Russes, a indiqué l’opérateur ukrainien des centrales nucléaires.

“L’Ukraine n’a pas invité Grossi à visiter la centrale de Zaporijjia et lui a refusé par le passé d’effectuer une telle visite. La visite de la centrale ne deviendra possible que quand l’Ukraine restituera le contrôle sur le site”, a écrit sur Telegram l’opérateur, Energoatom.

  • 10 h 25 : le chef des séparatistes confirme la mort d’un général russe

Le chef des séparatistes prorusses de l’est de l’Ukraine a confirmé la mort d’un général russe dans cette région où les forces de Moscou mènent une offensive d’envergure contre celles de Kiev. Dans un message publié sur Telegram, Denis Pouchiline a adressé ses “sincères condoléances à la famille et aux amis” du général Roman Koutouzov, “qui a montré par l’exemple comment servir la patrie”.

“Tant que nos généraux combattront aux côtés des soldats, notre pays et notre nation seront invincibles”, a ajouté le dirigeant séparatiste en publiant une photo en noir et blanc de l’officier. La mort du général Koutouzov avait été rapportée dimanche par un correspondant de guerre russe, Alexandre Sladkov, mais n’avait jusque-là pas été confirmée de source officielle.

  • 9 h 05 : les canons Caesar français sur le front du Donbass

À Moscou, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a mis en garde les pays occidentaux contre des livraisons à Kiev d’armes de longue portée. Cela n’a pas empêché Londres d’annoncer la livraison de lance-roquettes M270 MLRS d’une portée de 80 kilomètres, en complément des Himars de même portée promis la semaine dernière par Washington. Par ailleurs, depuis quelques jours, les redoutables canons Caesar français sont utilisés sur le front de l’est par l’armée ukrainienne.


  • 8 h 15 : d’une guerre éclair à une guerre d’usure ?

Les invités du débat de France 24 analysent les derniers développements du conflit en Ukraine alors que Kiev peine à faire face à l’afflux de troupes russes sur Severodonetsk, plus grande agglomération encore aux mains des Ukrainiens dans la région de Louhansk.

Au 103ème jour de guerre en Ukraine, les combats continuent de faire rage dans le Donbass (sud-est).
Au 103ème jour de guerre en Ukraine, les combats continuent de faire rage dans le Donbass (sud-est). © france24

  • 4 h 51 : la lutte pour Severodonetsk se poursuit

Les combats se poursuivaient pour la prise de contrôle de Severodonetsk, où la situation évolue “d’heure en heure” selon Kiev. “Nos héros tiennent leurs positions à Severodonetsk. D’intenses combats de rue se poursuivent”, a déclaré le président Volodymyr Zelensky dans sa dernière vidéo publiée lundi soir.

Les Russes “sont en train de détruire la ville… Comme ils n’ont pas réussi à la prendre en un ou deux jours, ils utilisent des frappes aériennes, de l’artillerie lourde”, a témoigné Oleksandr Striouk, responsable de l’administration de Severodonetsk, s’inquiétant d’une évacuation des civils rendue “quasiment impossible” désormais.

Le maire de la ville, Oleksandre Striouk, a confirmé que “la situation changeait toutes les heures” et que d'”intenses combats de rue” se déroulaient dans sa ville, sous le feu des projecteurs depuis plusieurs jours que les affrontements s’y concentrent.

  • 23 h 10 : la Russie accusée “d’intimider” les correspondants des médias américains

Les États-Unis ont accusé la Russie d'”intimider” les correspondants des médias américains à Moscou. “Le ministère russe des Affaires étrangères a convoqué vos collègues pour leur ‘expliquer les conséquences de la ligne hostile de leur gouvernement dans la sphère médiatique'”, a déclaré à la presse à Washington le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price.

“Soyons clairs, le Kremlin mène une attaque en règle contre la liberté de la presse, l’accès à l’information et la vérité”, a-t-il affirmé, dénonçant un “effort clair et flagrant pour intimider des journalistes indépendants”.

  • 22 h 53 : Washington juge “crédible” que Moscou “vole” du blé ukrainien

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a jugé “crédibles” les informations selon lesquelles la Russie “vole” les exportations de céréales ukrainiennes, bloquées en raison du conflit, “pour les vendre à son propre profit”.

“Tout cela est délibéré”, a-t-il dit lors d’une conférence virtuelle sur l’insécurité alimentaire, accusant le président russe Vladimir Poutine de faire du “chantage” pour obtenir une levée des sanctions internationales. Il a estimé que Moscou avait, en outre, commencé à garder ses propres exportations de nourriture, après avoir imposé un “blocus naval en mer Noire qui empêche les récoltes ukrainiennes d’être acheminées” à travers le monde.

Avec AFP et Reuters

Leave a Reply

Your email address will not be published.