En direct : l’Ukraine demande l’exclusion de la Russie de la FAO

Europe Monde

Publié le : Modifié le :

Les soldats ukrainiens livrent à Severodonetsk l'”une des batailles les plus difficiles” depuis le début de la guerre, pour résister aux forces russes qui contrôlent désormais une grande partie de cette ville stratégique de l’Est où, selon le président Volodymyr Zelensky, se joue “le sort” de la région du Donbass. Suivez notre direct.

Publicité

  • 15 h 01 : la Finlande veut fortifier sa frontière avec la Russie 

Le gouvernement finlandais envisage de modifier la législation frontalière pour permettre la construction de barrières sa frontière orientale avec la Russie.

Candidate à l’adhésion à l’Otan, la Finlande redoute notamment l’envoi de demandeurs d’asile à sa frontière comme l’avait fait la Biélorussie avec l’Union européenne l’an dernier. Des centaines de migrants du Moyen Orient et d’Afghanistan s’étaient ainsi retrouvés bloqués à la frontière polonaise.

  • 13 h 27 : Volodymyr Zelensky demande l’exclusion de la Russie de la FAO

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky demande l’exclusion de la Russie de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), sur fond d’accusations de Kiev de blocage et de vol des céréales ukrainiennes par Moscou.

“Il ne peut pas y avoir de discussion pour prolonger l’adhésion de la Russie à la FAO. Quelle y serait la place de la Russie si elle provoque la famine pour au moins 400 millions de personnes, voire plus d’un milliard ?”, a lancé le président Zelensky dans un discours en visioconférence lors d’une réunion ministérielle de l’OCDE.

Le blocage des ports ukrainiens par la flotte russe de la mer Noire, à commencer par celui d’Odessa, principal port du pays, paralyse les exportations de céréales, notamment de blé, dont l’Ukraine était avant la guerre en passe de devenir le troisième exportateur mondial. Des pays africains et moyen-orientaux sont les premiers touchés et craignent de graves crises alimentaires.

  • 11 h 41 : à Kiev, “un certain calme” dans les rues malgré la guerre


© France 24

  • 9 h 32 : l’Ukraine pourrait reprendre Severodonetsk “en deux, trois jours” avec des armes occidentales de longue portée

L’Ukraine pourrait reprendre la ville clé de Severodonetsk “en deux, trois jours”, dès qu’elle disposera d’armes d’artillerie occidentales “de longue portée”, estime Sergueiï Gaïdaï, gouverneur de la région de Louhansk, dans l’est de l’Ukraine.

L’armée russe tente depuis des semaines de s’emparer de cette ville industrielle, importante pour le contrôle de l’ensemble du bassin minier du Donbass. Elle y a repris du terrain ces derniers jours.

  • 6 h 18 : Washington veut s’assurer que ses systèmes d’artillerie Himars sont bien utilisés

Les États-Unis, qui ont annoncé l’envoi de quatre systèmes d’artillerie de précision Himars à l’Ukraine, veulent s’assurer que les soldats ukrainiens maîtrisent bien leurs systèmes avant de leur en envoyer davantage, a indiqué mercredi le chef d’état-major américain, le général Mark Milley.

Le Himars est un système “sophistiqué”, et “il faut certifier ces garçons, s’assurer qu’ils savent comment utiliser ces systèmes correctement”, a déclaré le plus haut gradé américain dans l’avion le ramenant à Washington après une tournée en Europe. Il faut former les opérateurs, mais aussi les soldats chargés de la maintenance, ainsi que les officiers et sous-officiers, a-t-il expliqué aux journalistes l’accompagnant dans sa tournée.

  • 4 h 52 : la “bataille” de Severodonetsk est “l’une des plus difficiles”, selon Volodymyr Zelensky

“Nous défendons nos positions, en infligeant des pertes importantes à l’ennemi. C’est une bataille très dure, très difficile, probablement une des plus difficiles de cette guerre”, a affirmé le président ukrainien au sujet de la ville de Severodonetsk dans une vidéo diffusée mercredi soir.

Pour la Russie, mettre la main sur cette ville serait déterminant en vue d’une conquête de l’intégralité du vaste bassin houiller du Donbass, déjà en partie tenu par des séparatistes prorusses depuis 2014. “À bien des égards, le sort de notre Donbass se décide là”, a estimé Volodymyr Zelensky.

Avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.