États-Unis : le droit à l’avortement menacé

Monde

Publié le : Modifié le :

Aux États-Unis, la fuite d’un document de travail confidentiel a confirmé la volonté de la Cour suprême, à majorité conservatrice, d’annuler la jurisprudence Roe vs Wade qui garantit, depuis cinquante ans, l’accès à l’avortement dans tout le pays. Une décision qui aurait un impact sans précédent sur les 75 millions de femmes en âge de procréer. Mais déjà, sous l’impulsion des Républicains, les États-Unis se transforment progressivement en désert médical pour les femmes qui veulent avorter. C’est le cas notamment au Texas et dans l’Oklahoma, où nos correspondants, Valérie Defert et Pierrick Leurent, sont allés rencontrer les acteurs de cette “Amérique post-Roe”.

Publicité

Chaque matin, devant la Women’s clinic de Tulsa, ville moyenne de l’Oklahoma, la même scène se répète : des patientes arrivent pour se garer devant l’une des rares cliniques qui pratiquent encore l’avortement dans cet État majoritairement conservateur. Leurs voitures sont immédiatement prises en étau entre des manifestants anti-avortement qui tentent de les arrêter pour les dissuader d’avoir recours à cet acte médical, et des volontaires de la clinique, comme Susan Braselton, en chasuble arc-en-ciel, qui viennent accueillir ces femmes, les protéger et les rassurer. 

Susan Braselton, "escort" et volontaire à la "Women's clinic" de Tulsa, dans l'Oklahoma
Susan Braselton, “escort” et volontaire à la “Women’s clinic” de Tulsa, dans l’Oklahoma © France 24 / Valérie Defert

Une scène qui n’a rien d’extraordinaire, dans une Amérique où le droit à l’avortement, garanti depuis 1973 par l’arrêté “Roe vs Wade” de la Cour suprême, est pourtant sérieusement mis à mal dans la moitié des États. Le gouverneur de l’Oklahoma vient s’est inspiré d’une loi passée l’an dernier au Texas, en interdisant l’avortement autour de six semaines, plus précisément dès qu’un battement de cœur est perceptible. Il lui revient désormais de signer l’interdiction totale de l’avortement votée, le 19 mai, par le Parlement de cet État. 

À ce stade de leur grossesse, beaucoup de femmes ignorent encore être enceintes, et ces restrictions créent, de fait, des situations complexes. Pour les plus privilégiées, ou celles qui trouvent une solution de dernière minute, il est encore possible de voyager dans d’autres États. Mais pour les plus défavorisées, qui ne peuvent pas se déplacer, pas d’autre choix que d’aller au terme de la grossesse, ou d’avoir recours à des méthodes illégales et risquées. 

Le poids des évangélistes

Ces situations, prises bien avant la décision finale de la Cour suprême des États-Unis sur ce sujet, sont le fruit de décennies de bataille politique et religieuse. Mené essentiellement par les évangélistes, le combat pour interdire totalement l’avortement a gagné du terrain, soutenu par le Parti Républicain, qui dépend bien souvent des voix évangélistes pour assurer une victoire aux élections locales comme nationales. 

Un manifestant anti-avortement sur le trottoir de la "Women's clinic" de Tulsa, dans l'Oklahoma
Un manifestant anti-avortement sur le trottoir de la “Women’s clinic” de Tulsa, dans l’Oklahoma © France 24 / Valérie Defert

Et la jurisprudence Roe vs Wade de 1973 n’a jamais empêché des militants de terrain, comme le pasteur Mark Lee Dickson, d’atteindre leur but, au moins au niveau local. Ce fervent défenseur de la cause “pro-life” [pro-vie en français] parcours le Texas et d’autres États pour faire adopter, ville par ville, des ordonnances qui interdisent totalement l’avortement. Son astuce ? Comme pour la loi SB8 en vigueur au Texas, ce sont les citoyens – et non les autorités – qui sont chargés de faire appliquer la loi. Une subtilité qui permet de contourner la jurisprudence, qui ne vaut qu’au niveau gouvernemental. 

Pendant près d’un demi-siècle, les démocrates ont cru que le droit à l’avortement était un acquis sur lequel il était impossible de revenir. Beaucoup n’ont pas pris conscience du retournement de situation qui se dessinait au fil des ans, un État conservateur après l’autre. Côté démocrate, la mobilisation née de la prise de conscience de la menace qui pèse sur le droit à l’avortement semble bien tardive. Mais elle pourrait servir de catalyseur des frustrations de l’électorat progressiste, en vue des élections de mi-mandat, en novembre prochain. Le président Joe Biden a ainsi appelé ses compatriotes à “choisir des candidats” favorables au droit à l’avortement lors des élections législatives de l’automne.

Leave a Reply

Your email address will not be published.