Foot: amende requise contre le père d’un jeune du Stade Rennais

Toute l'actualite

Une amende de 800 euros, un an d’interdiction de stade et une obligation de stage de citoyenneté ont été requises vendredi contre le père d’un jeune joueur du Stade Rennais qui avait agressé le directeur du centre de formation en avril.

Âgé de 49 ans, Robert Françoise a comparu vendredi devant le tribunal correctionnel de Rennes pour violences.

Il est le père de Noah Françoise, un milieu de terrain de 18 ans sous contrat professionnel depuis 2021 mais cantonné pour l’instant à l’équipe réserve, alors que plusieurs des jeunes formés avec lui au club évoluent déjà auprès de l’équipe première.

À la barre, l’homme à la silhouette athlétique a reconnu l’agression de Denis Arnaud le 23 avril après un match de l’équipe réserve, regrettant un geste «stupide» après avoir perdu son «sang-froid». Il a toutefois nié avoir porté des coups au directeur, qu’il avait plaqué contre un grillage.

Il a estimé que dans ce dossier, c’était son fils «la victime». Interrogé peu après les faits, l’entraîneur de Rennes, Bruno Genesio, avait estimé que le jeune joueur, «un garçon qui s’est toujours bien comporté», n’y était «pour rien».

Après l’agression, Noah Françoise avait lui-même condamné sur Instagram «cet incident, indépendant de ma volonté qui ne reflète absolument pas les valeurs auxquelles je crois et dans lesquelles j’ai grandi».

Le tribunal a mis sa décision en délibéré au 28 juin.

«Le football c’est des valeurs de fair-play, ce n’est pas la guerre», a rappelé le substitut du procureur.

Un extrait vidéo de l’agression, qui a entraîné 15 jours d’ITT pour l’entraîneur, a été diffusé à l’audience. «Il vient par trois fois minimum, des personnes tentent de les séparer et M. Arnaud a une côte brisée par l’action de M. Françoise», a pointé le magistrat.

«La victime c’est M. Arnaud», a-t-il martelé avant de requérir 800 euros d’amende et un stage de citoyenneté dans les six mois, avec interdiction d’entrer en contact avec la victime et dans un stade pendant un an.

Encore choqué psychologiquement, Denis Arnaud avait choisi de ne pas venir à l’audience.

L’avocat du club, Me Thierry Fillion, a réclamé «un euro symbolique».

L’avocate de M. Françoise, Me Solenn Lemoine, a pour sa part fustigé une procédure précipitée «sans enquête sur l’origine de ces violences» avant de demander de «ne pas faire de ce dossier un tribunal médiatique avec une peine exemplaire qui ne correspondrait pas à la personnalité» de son client, éducateur de formation.

Leave a Reply

Your email address will not be published.