Grève des diplomates français : “Une réforme qui nie notre expertise”

France

De nombreux diplomates français appellent à la grève, jeudi, pour protester contre la réforme de la haute fonction publique. Un mouvement inédit qui est aussi le signe d’un désarroi grandissant depuis plusieurs années au Quai d’Orsay.

Publicité

Le malaise est profond et ressemble à une crise existentielle. Fait rarissime au Quai d’Orsay, six syndicats et un collectif de 500 jeunes diplomates du ministère des Affaires étrangères ont appelé à la grève, jeudi 2 juin, pour protester contre la réforme de la haute fonction publique qui, à terme, entraînera la disparition des deux corps historiques de la diplomatie française : celui de ministre plénipotentiaire (ambassadeur) et celui de conseiller des affaires étrangères.

La grogne couve depuis des mois, mais a éclaté après la publication au Journal officiel en avril, dans l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle, du décret d’application, au ministère des Affaires étrangères, de la réforme.

Voulue par le président Emmanuel Macron, celle-ci crée un nouveau corps d’administrateurs de l’État et prévoit que les hauts fonctionnaires ne soient plus rattachés à une administration spécifique : ils seront, au contraire, invités à en changer régulièrement tout au long de leur carrière.

>> À lire aussi : “Diplomatie française : ‘Le Quai d’Orsay a trop tendance à fonctionner en vase clos'”

Les diplomates y voient “la fin de la diplomatie professionnelle” française, troisième réseau international derrière les États-Unis et la Chine. En outre, les contours parfois encore flous de la réforme ne permettent pas de donner toutes les réponses aux diplomates inquiets, qui veulent des garanties.

“Cette réforme est une erreur car elle nie notre expertise”, affirme une diplomate en poste à Paris ayant requis l’anonymat car soumise au devoir de réserve. “Notre métier s’apprend au fil du temps et de nos expériences sur le terrain, poursuit-elle. Ma compétence, c’est d’abord une fine connaissance d’une zone géographique et les langues étrangères que je parle. Je ne vais pas devenir préfète. On n’est pas interchangeables.”


“La diplomatie n’est pas un art de l’impro, mais un métier de pros”

Signe qu’il se passe quelque chose d’inhabituel dans cette maison peu habituée aux mouvement sociaux – il ne s’agit que de la deuxième grève dans l’histoire du Quai d’Orsay, la première ayant eu lieu en 2003 –, de nombreux diplomates ont annoncé, avec le hashtag #diplo2metier sur Twitter, leur intention de participer à la grève ou exprimé leur solidarité avec les grévistes. Parti de la base, le mouvement gagne petit à petit la hiérarchie du ministère des Affaires étrangères et suscite désormais l’adhésion de nombreux hauts responsables et ambassadeurs.

“Dialoguer avec près de 200 États dans leurs langues, négocier, préserver la paix : la diplomatie n’est pas un art de l’impro, mais un métier de pros”, écrit sur le réseau social Anne Guéguen, directrice Afrique du Nord et Moyen-Orient au Quai d’Orsay.

“Le 2 juin, je ferai grève. La diplomatie rassemble une gamme de métiers qui ont tous en commun d’être spécifiques et de s’acquérir dans le temps long. C’est une vocation”, souligne Philippe Bertoux, directeur des affaires stratégiques, de sécurité et du désarmement au ministère.

“Je serai en grève le 2 juin pour protester contre la réforme du corps diplomatique et la réduction continue des moyens de notre diplomatie. Le retour de la guerre en Europe montre l’importance d’une diplomatie française forte au service des intérêts français et européens”, estime Claire Le Flécher, ambassadrice de France au Koweït.

“Le but d’Emmanuel Macron est de créer davantage de mobilité entre les administrations. En soi, c’est un principe de bon sens, mais le problème est que cela repose sur une administration généraliste alors que pour certains métiers, on a besoin de spécialistes. Être diplomate, ce n’est pas un métier qu’on fait comme ça sans avoir réfléchi à ses implications, que ce soit en termes de vie personnelle ou en termes de formation”, analyse Christian Lequesne, professeur à Sciences Po Paris, spécialiste de la politique étrangère française et auteur de “Ethnographie du Quai d’Orsay” (CNRS Éditions, 2017).

“On assiste depuis des années à un détricotage de ce ministère”

Au-delà de l’actuelle réforme de la haute fonction publique et de la crainte de “nominations de complaisance”, ce mouvement de grève témoigne d’un malaise plus profond. Dans une tribune publiée dans le quotidien Le Monde le 25 mai, le collectif de 500 jeunes diplomates s’inquiète notamment d’une “réduction vertigineuse des moyens” (suppression de 50 % des effectifs en 30 ans) et de “décennies de marginalisation du rôle du ministère au sein de l’État”.

“On assiste depuis des années à un détricotage de ce ministère, par une baisse des moyens, mais aussi parce que certains volets de notre action sont désormais confiés à d’autres”, explique la diplomate ayant requis l’anonymat citée plus haut. “C’est d’autant plus frustrant que nous faisons ce métier au prix de nombreux sacrifices personnels, ajoute-t-elle. Nous travaillons 14 heures par jour et les conséquences sur notre vie privée, quand on a une famille et qu’on doit partir à l’étranger, sont parfois difficiles à gérer. Le grand public a l’image de l’ambassadeur qui passe son temps à faire des réceptions mondaines, mais notre travail, ce n’est pas du tout ça.”

“C’est vrai que la société reste beaucoup sur les clichés du diplomate ‘Ferrero Rocher’. Les Français ne se rendent pas compte que c’est un métier où il faut gérer les crises et où les fonctionnaires, qui sont extrêmement engagés, ne comptent pas leurs heures. Il y a donc un sentiment d’injustice à l’égard de la perception qu’on peut avoir de leur métier”, observe Christian Lequesne.

>> À lire aussi : “Catherine Colonna, une ministre spécialiste de la diplomatie de crise au Quai d’Orsay”

L’autre point soulevé par les témoignages recueillis concerne la définition de la mission du diplomate. De nombreux autres acteurs s’occupent désormais de diplomatie, notamment le ministère de l’Économie pour les négociations commerciales et financières, le ministère de la Défense avec des diplomates militaires spécialistes de la négociation, l’Agence française du développement (AFD) pour l’aide au développement apportée par la France à travers le monde.

“Ces évolutions participent à une forme de questionnement existentiel de la part des diplomates, mais c’est une question qu’on retrouve dans pas mal de pays, comme le Royaume-Uni, les États-Unis, le Brésil, et qui est liée à l’évolution des relations internationales et à la multiplication des acteurs de la diplomatie depuis une vingtaine d’années”, analyse Christian Lequesne, pour qui une réflexion sur le rôle du diplomate en 2022 doit être menée.

Le ministère, où vient d’arriver Catherine Colonna, diplomate de carrière dont la nomination a été interprétée comme un “message” à l’endroit des personnels, assure avoir “noué un dialogue social de qualité” avec toutes les organisations syndicales.

La grève risque en tout cas d’être suivie avec attention par la ministre, mais aussi à l’Élysée. Les diplomates en colère espèrent rassembler suffisamment largement pour contraindre Emmanuel Macron à revoir sa copie.

Leave a Reply

Your email address will not be published.