Guerre en Ukraine : à Marioupol, le conflit vu à hauteur d’enfant

Europe

Publié le : Modifié le :

Iegor, un enfant de 8 ans, a tenu un journal intime, à Marioupol, au moment où la ville tombait sous la coupe des forces russes. Des images du cahier ont été publiées pour la première fois sur Internet par le grand-oncle du petit garçon, Evguen Sosnovskiï, un photographe qui a documenté la bataille pour le contrôle de la ville portuaire.

Publicité

C’est l’un des chapitres les plus sanglants de la guerre en Ukraine, raconté avec les mots et les dessins d’un garçon de huit ans : Iegor Kravtsov a tenu un journal intime à Marioupol, au moment où la ville tombait sous la coupe des forces russes.

Terré pendant des semaines dans une cave avec sa famille, le petit garçon s’est maintenu occupé en remplissant les pages de son petit cahier bleu, avec une image idyllique de la Grèce sur la couverture.

“J’ai bien dormi, puis je me suis réveillé, j’ai souri et j’ai lu 25 pages. Aussi, mon grand-père est mort le 26 avril”, récite le garçon en lisant une page de son journal, après s’être échappé de la ville dévastée par les combats avec sa mère et sa soeur.

La famille a réussi à rejoindre Zaporijjia, à 225 kilomètres au nord-ouest de Marioupol – une ville se trouvant en territoire sous contrôle ukrainien.

“J’ai une blessure au dos, la peau est arrachée. Ma sœur est touchée à la tête et ma maman s’est déchiré les muscles de la main et a un trou dans la jambe”, lit encore ce petit blond à partir d’une page de son journal.

“Tout le monde pleurait” 

On reconnaît également à travers les pages des hommes armés, des chars, un hélicoptère et des immeubles en feu. Sur l’un des dessins, on voit le toit de sa maison s’effondrer à la suite d’une frappe de missile.

“Le bruit m’a fait peur”, peut-on lire dans le journal du garçon. Sur une autre page, il décrit comment les membres de la famille se soignent les uns les autres ou partent à la recherche d’eau potable.

Sa mère, Olena Kravtsova, raconte avoir éclaté en sanglots lorsqu’elle a découvert le journal pour la première fois. “Je l’ai montré à la famille, tout le monde pleurait”, explique-t-elle à l’AFP.

La sœur aînée de Iegor, Veronika, 15 ans, qui a une grosse cicatrice à la tête, espère pour sa part que le journal “sera utile à quelqu’un à l’avenir”.

Des images du cahier ont été pour la première fois publiées sur internet par le grand-oncle de Iegor, Evguen Sosnovskiï, un photographe qui a documenté la bataille pour Marioupol avant de fuir la ville portuaire en mai.

La famille vivait à proximité de l’aciérie Azovstal, dernière poche de résistance ukrainienne à être tombée à Marioupol, les combattants y étant retranchés ne s’étant rendus que fin mai, après trois mois de combats intenses.

Iegor et ses proches sont aujourd’hui logés dans un abri pour déplacés à Zaporijjia et espèrent rejoindre Kiev, la capitale, dans quelques jours.

Avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.