Guerre en Ukraine : après l’électricité, la Russie coupe le gaz vers la Finlande

Europe

Le géant russe Gazprom a cessé samedi ses livraisons de gaz naturel à la Finlande, qui vient d’annoncer son intention de rejoindre l’Otan. Par ailleurs, l’aciérie Azovstal, ultime poche de résistance à Marioupol, est passée sous contrôle russe, alors que l’artillerie de Moscou pilonne les positions de Kiev dans le Donbass.

Publicité

Cette page n’est plus mise à jour. Retrouvez plus d’informations sur la guerre en Ukraine ici.

  • 20 h 25 : Moscou évoque un échange de prisonniers ukrainiens contre un proche de Vladimir Poutine

La Russie va étudier la possibilité d’échanger des combattants du régiment ukrainien Azov faits prisonniers contre Viktor Medvedtchouk, un proche de Vladimir Poutine, a déclaré le député russe, Léonid Sloutski.

“Nous allons étudier la question”, ce membre de la délégation russe lors des dernières négociations avec Kiev, cité par les agences russes Interfax et Ria Novosti, en réponse à une question sur un tel échange. S’exprimant depuis la ville séparatiste de Donetsk, dans le sud-est de l’Ukraine, il a précisé que l’éventualité d’un tel échange sera évoquée à Moscou par “ceux qui en ont les prérogatives”.

Viktor Medvedtchouk, 67 ans, est un politicien et riche homme d’affaires ukrainien réputé proche du président russe qui a été arrêté mi-avril en Ukraine, alors qu’il était en fuite depuis le début de l’offensive russe. Il était assigné à résidence depuis mai 2021, inculpé de “haute trahison” et de “tentative de pillage de ressources naturelles en Crimée”, péninsule annexée par la Russie en 2014.

  • 15 h 45 : selon Volodymyr Zelensky, il n’y a “pas d’alternative” à la candidature de l’Ukraine à l’UE

Toute alternative à la candidature de l’Ukraine à l’Union européenne serait un “compromis” avec la Russie, a déclaré samedi le président ukrainien Volodymyr Zelensky, en réponse au projet de la “communauté politique européenne” proposé par son homologue français Emmanuel Macron.

“Nous n’avons pas besoin de tels compromis”, a-t-il déclaré au cours d’une conférence de presse à Kiev avec le Premier ministre portugais Antonio Costa. “Parce que, croyez-nous, ce ne seront pas des compromis avec l’Ukraine en Europe, ce sera un autre compromis entre l’Europe et la Russie. J’en suis absolument sûr. C’est l’influence et la pression politique et diplomatique des officiels et des lobbyistes russes sur la décision d’un pays européen de soutenir ou non l’Ukraine”.

  •  13 h 50 : la Russie interdit son territoire à Joe Biden

La Russie a annoncé qu’elle interdisait l’accès à son territoire à 963 Américains parmi lesquels le président des États-Unis Joe Biden, son secrétaire d’État Antony Blinken et le directeur de la CIA William Burns.

  • 12 h 45 : Joe Biden signe la loi apportant 40 milliards de dollars d’aide à l’Ukraine

Le président américain Joe Biden a signé la loi adoptée jeudi par le Congrès apportant une gigantesque enveloppe de 40 milliards de dollars pour l’effort de guerre ukrainien contre la Russie, a annoncé la Maison Blanche.

Joe Biden a signé ce texte pendant son voyage officiel en Corée du Sud. La loi comprend 6 milliards de dollars pour permettre à l’Ukraine de s’équiper en véhicules blindés et de renforcer sa défense anti-aérienne.

  • 10 h 55 : la Russie assure avoir détruit un “important” envoi d’armes occidentales à l’Ukraine

Le ministère russe de la Défense a affirmé que ses forces avaient détruit, dans le nord-ouest de l’Ukraine, un important envoi d’armes fournies par l’Occident.

“Des missiles Kalibr à longue portée de haute précision, lancés depuis la mer, ont détruit un important envoi d’armes et d’équipements militaires fournis par les États-Unis et des pays européens, près de la gare de Malin, dans la région de Zhytomyr”, a indiqué le ministère au cours d’un briefing.

  • 10 h 05 : seule la “diplomatie” mettra fin à la guerre en Ukraine, assure Volodymyr Zelensky

“La fin (du conflit) sera diplomatique”, a assuré le président ukrainien Volodymyr Zelensky, lors d’un entretien à une chaîne télévisée ukrainienne, alors que les négociations entre Moscou et Kiev sont dans l’impasse. La guerre “sera sanglante, ce sera des combats, mais elle prendra fin définitivement via la diplomatie”, a-t-il insisté.

  • 9 h 45 : à Kiev, la vie reprend son cours

Le point sur la situation sur place avec notre envoyé spécial, Cyril Payen.

L'usune Gasum à Raikkola, Imatra, Finland.
L’usune Gasum à Raikkola, Imatra, Finland. © Vesa Moilanen, AFP

  •  6 h 48 : le gaz russe pour la Finlande a été coupé 

L’approvisionnement en gaz naturel de la Finlande par la Russie a été interrompu, a déclaré la compagnie énergétique publique finlandaise Gasum, après que le pays nordique a refusé de payer le fournisseur Gazprom en roubles. 

“Les livraisons de gaz naturel à la Finlande dans le cadre du contrat d’approvisionnement de Gasum ont été interrompues”, a déclaré la compagnie dans un communiqué, ajoutant que le gaz serait dorénavant fourni par d’autres sources via le gazoduc Balticconnector, qui relie la Finlande à l’Estonie.

Le géant énergétique russe a, peu après, confirmé cette suspension des livraisons.

  • 6 h 30 : ancien prorusse, le maire d’Odessa fustige Moscou

“Les Russes sont actuellement sur notre terre et ils bombardent nos villes, tuant nos gens et nos soldats”, constate Guennadi Troukhanov, le maire d’Odessa, lors d’un entretien à l’AFP.

Pour lui, un point de non-retour a été franchi : il ne peut plus être question d’une quelconque amitié russo-ukrainienne. Il fustige les raids aériens, le blocus de la mer Noire et les millions de tonnes de céréales coincées dans les ports, dont Odessa. “Poutine a tout détruit”, fulmine-t-il.

  • 00 h 30 : Volodymyr Zelensky réclame la confiscation de biens russes 

Volodymyr Zelensky a proposé à ses alliés un accord multilatéral afin d’obtenir une compensation de la part de la Russie pour les dommages causés par ses forces durant la guerre.

Le président ukrainien, qui affirme que la Russie tente de détruire autant d’infrastructures qu’elle le peut, a déclaré qu’un tel accord montrerait aux nations qui prévoient de mener des actes agressifs à l’encontre d’autres pays qu’elles devront en payer le prix. 

Selon l’accord proposé par le président ukrainien, les fonds et les biens russes se trouvant dans les pays signataires seraient confisqués, ils seraient ensuite dirigés vers un fonds de compensation spécial.

Avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.