Hand: Les Bleus retrouvent leur capitaine, leur public et l’Espagne

Meilleures histoires

Les handballeurs français retrouvent leur capitaine, Valentin Porte, absent lors du dernier rassemblement pour raisons psychologiques, pour une double confrontation amicale face à l’Espagne, jeudi et samedi en clôture d’une longue saison internationale.

«Je n’ai raté qu’un stage mais j’ai l’impression que ça fait longtemps», a souri l’arrière droit de 31 ans lundi qui «se sent prêt à retrouver» l’équipe de France après avoir été absent en Golden League face à la Norvège et le Danemark le mois dernier.

«Je vais mieux, je remonte la pente», a déclaré mardi le joueur de Montpellier depuis la maison du handball à Créteil où les Bleus y préparent les deux rencontres de la semaine face à l’Espagne, vice-championne d’Europe.

Ce dernier rendez-vous international vient clôturer une saison internationale longue de deux années, débutée par les qualifications pour l’Euro 2022 en janvier 2021, marquée par la pandémie et ponctuée par le sacre aux Jeux de Tokyo et deux quatrièmes places au Mondial-2021 puis à l’Euro en janvier dernier.

Les 21 bleus convoqués, au nombre de 19 depuis le départ lundi de Nedim Remili et Luka Karabatic blessés, vont surtout retrouver leur public à Bercy jeudi dans «une salle pleine sans jauge» pour la première fois depuis deux ans, avant de se déplacer à Chambéry samedi.

«On était un peu privé de ce moment d’euphorie (avec le Covid), c’est souvent l’occasion d’emmagasiner beaucoup de carburant», a expliqué le sélectionneur Guillaume Gille, ravi de «fouler le parquet de Bercy» avant de revenir sur ses «terres savoyardes» où il a passé huit saisons en tant que joueur.

«C’est sympa de jouer en France, les gens sont contents de nous voir», a souligné Vincent Gérard, gardien de l’équipe de France, de retour avec l’ailier gauche Hugo Descat et le pivot Nicolas Tournat après avoir manqué la Golden League au Danemark.

Déjà qualifié pour le Mondial-2023, les Bleus affrontent donc en amical une autre équipe, l’Espagne, habituée des podiums internationaux, qui a aussi son ticket en poche pour la Pologne ou la Suède (les deux pays hôtes).

«A chaque fois on a l’impression qu’ils sont vieillissants mais ils font toujours des supers compétitions», juge Vincent Gérard un des onze bleus sacré à Tokyo présent lors de ce rassemblement.

Leave a Reply

Your email address will not be published.