La bataille de Bir Hakeim “a accru la confiance des Alliés dans la France libre”

France Monde

Alors que la Seconde Guerre mondiale fait déjà rage depuis deux ans et demi, les forces du Royaume-Uni, du Commonwealth et de la France libre résistent héroïquement du 27 mai au 11 juin 1942 à Bir Hakeim, une oasis au milieu du désert libyen. Si cette bataille est techniquement une défaite, les deux semaines de combats permettent cependant aux hommes du général de Gaulle de gagner un immense respect et de contribuer à la victoire britannique d’El-Alamein, en Égypte, un mois plus tard.

Publicité

Alors que le général de Gaulle et les Forces françaises libres (FFL) en exil tiennent une place privilégiée dans la mémoire collective française de la Seconde Guerre mondiale, la bataille de Bir Hakeim y est pour sa part reléguée au second plan. Pour un Parisien, “Bir Hakeim” désigne aujourd’hui, avant tout, une station de métro et un pont.

Pourtant, cette bataille a joué un rôle essentiel dans la prise en considération des FFL, cette “France qui se bat, la seule France, la vraie France, la France éternelle”, comme en parlait De Gaulle dans son célèbre discours à l’Hôtel de Ville, quelques heures après la libération de Paris, le 25 août 1944.

Avant ces combats dans le désert libyen, les Alliés ont traversé une période sombre. Les Français libres exilés à Londres et la Résistance intérieure ont dû faire face à l’ignominie de la capitulation de la France et au choix de la collaboration du régime de Vichy, après l’effondrement du pays.

Les Britanniques, eux, ont connu leurs plus belles heures en repoussant les tentatives d’invasion allemandes lors de la bataille d’Angleterre, de juillet à octobre 1940. Après cette victoire, la stratégie de Londres s’est ensuite concentrée sur la lutte contre l’Italie fasciste en Afrique du Nord avec, comme point d’orgue, la bataille de Beda Fomm en Libye, en février 1941. Mais le haut commandement militaire d’Adolf Hitler a rapidement réagi en déployant son Afrikakorps. Dirigées par le général Erwin Rommel, le “renard du désert”, ces forces allemandes ont rapidement renversé la vapeur face aux Britanniques.

Un an après l’intervention de Rommel, la bataille de Bir Hakeim représente, sur le papier, une nouvelle défaite des Alliés. Mais lors de ces combats, les Français libres prouvent leur valeur, résistant avec “la plus grande galanterie”, selon l’expression du Premier ministre britannique Winston Churchill à la Chambre des communes.

Plus important encore, en infligeant de graves pertes à l’Afrikakorps, les forces du Royaume-Uni, du Commonwealth et du général de Gaulle ruinent les plans de Rommel et permettent au haut commandement britannique de regrouper les forces alliées. La défense héroïque de Bir Hakeim ouvre ainsi la voie au tournant de la campagne en Afrique du Nord, lorsque le field marshal britannique Bernard Montgomery prend les commandes et défait le “renard du désert” en octobre-novembre 1942 à El-Alamein, en Égypte. Cet épisode apparaît aussi décisif pour les Alliés que la bataille de Stalingrad (juillet 1942 à février 1943) pour les Soviétiques face aux Allemands ou celle de Midway (juin 1942) pour les Américains contre les Japonais dans le Pacifique.

À l’occasion du 80e anniversaire de la bataille de Bir Hakeim, France 24 revient sur ce moment historique avec Edward G. Lengel, historien en chef du National Medal of Honor Museum d’Arlington, au Texas.

France 24 : Comment en arrive-t-on, en Afrique du Nord, à la bataille de Bir Hakeim ?

Edward G. Lengel : Tactiquement, les forces de l’Axe n’ont cessé de battre celles du Royaume-Uni depuis l’intervention de Rommel en Afrique du Nord avec l’Afrikakorps au printemps 1941. L’équipement allemand est de loin supérieur, notamment en termes de chars, de canons antichars et d’artillerie. Lors de l’opération Crusader en novembre-décembre 1941, les forces de l’Axe infligent des pertes cinq fois plus lourdes à leurs ennemis. Cependant, stratégiquement, l’Axe reste dans une position difficile jusqu’au printemps 1942 en raison de ses lignes de ravitaillement étendues, de la présence britannique à Malte et surtout de la capacité de l’intrépide infanterie australienne à tenir le port stratégique de Tobrouk en Libye. Après un va-et-vient de la ligne de front dans les premiers mois de l’année 1942, celle-ci s’établit finalement à l’ouest de Tobrouk sur la “ligne de Gazala” (un village situé sur la côte libyenne, NDLR), qui va, au sud, jusqu’à l’ancien fort de Bir Hakeim. C’est là que les Britanniques, commandés par le lieutenant-général Neil Ritchie, se positionnent défensivement et se renforcent. De son côté, Rommel, toujours en infériorité numérique malgré des renforts, prépare un coup pour briser la ligne britannique, capturer Tobrouk et pénétrer en Égypte.

Rommel se rend compte de la fragilité des positions défensives britanniques, qui sont disposées en “boîtes” qui ne se soutiennent pas de façon adéquate. Pour simplifier, il a l’intention de maintenir les Britanniques le long de la côte libyenne grâce à des attaques de l’infanterie italienne, tout en utilisant les blindés allemands et italiens pour percer les lignes britanniques au centre et sur la gauche. Curieusement, Rommel ne mesure cependant pas l’importance de Bir Hakeim. Il permet aux tanks allemands de contourner le fort et laisse aux blindés italiens le soin de le capturer. C’est une grosse erreur. 

Le Generaloberst Erwin Rommel et le General Fritz Bayerlein dans un véhicule de commandement à Bir Hakeim.
Le Generaloberst Erwin Rommel et le General Fritz Bayerlein dans un véhicule de commandement à Bir Hakeim. © Bundesarchiv – Zwilling, Ernst A./ Wikimedia

Pourquoi les Forces françaises libres sont-elles impliquées à Bir Hakeim et quelle est l’importance de leur rôle par rapport à celui des forces britanniques et du Commonwealth ?

Tout comme Rommel, les Britanniques sous-estiment les FFL placées sous le commandement du général de brigade Marie Pierre Koenig à Bir Hakeim. Le lieutenant-général Ritchie y poste, presque après coup, la 1e brigade française libre, qui consiste en un assemblage de légionnaires étrangers (incluant beaucoup de réfugiés d’Europe de l’Est ayant fui les nazis) et de troupes coloniales. Mais il ne se rend pas compte de l’importance tactique du fort. Finalement, les hommes de Koenig jouent un rôle absolument crucial en freinant l’avancée de l’Axe. Il ne s’agit pas de sous-estimer la conduite courageuse des autres forces britanniques et du Commonwealth, mais les hommes de Bir Hakeim sont positionnés pour pouvoir faire la différence.

Trois membres du 1er régiment d'artillerie qui se sont distingués à la bataille de Bir Hakeim.
Trois membres du 1er régiment d’artillerie qui se sont distingués à la bataille de Bir Hakeim. © Wikimedia

Si les soldats alliés tués ou blessés se comptent par centaines lors de ces combats, le même bilan atteint des milliers d’hommes du côté des forces de l’Axe. Quelle tactique et quelle stratégie expliquent le succès allié à Bir Hakeim ?

Pour être juste, au début de la bataille, les défenseurs affrontent principalement les forces italiennes, dont l’incompétence était bien connue en attaque. Cependant, quand Rommel comprend que cette position retarde son offensive, il déploie la Luftwaffe (l’armée de l’air allemande, NDLR), de l’artillerie et un nombre significatif de chars allemands et de forces d’infanterie pour la prendre. Malgré tout, les défenseurs tiennent bon. Bien que leur tactique, qui consistait à travailler à partir de positions “hérissons” (une tactique militaire pour se défendre contre une attaque blindée mobile, NDLR), se révèle efficace, c’est sans doute principalement la ferme détermination des Français libres qui leur permet de tenir aussi longtemps qu’ils le font.

Une position d'artillerie française à Bir Hakeim.
Une position d’artillerie française à Bir Hakeim. © Wikimedia

Quelle est l’importance de la victoire alliée à Bir Hakeim, notamment dans la préparation de celle d’El-Alamein en octobre-novembre 1942 et pour le moral des Forces françaises libres ?

La défense de Bir Hakeim perturbe sérieusement le calendrier de Rommel. Bien qu’il finisse par détruire les Britanniques à Gazala, capturer Tobrouk et repousser ses adversaires en Égypte et à El-Alamein, la bataille de Bir Hakeim lui inflige des pertes qu’il ne peut pas se permettre et épuise les troupes impliquées. Cela joue assurément un rôle dans la capacité britannique à se rassembler et à tenir en Égypte. Plus largement, même si elle ne joue aucun rôle direct dans l’annulation de l’invasion de Malte, la bataille de Bir Hakeim complique fortement les problèmes stratégiques de Rommel. Plus important encore, elle se révèle essentielle dans la revitalisation de la fierté française après les défaites de 1940. Elle contribue à élever De Gaulle, qui présente cet événement comme une grande victoire française. Elle accroît aussi la confiance des Alliés, jusqu’alors inexistante, dans la France libre. Bir Hakeim devrait ainsi être reconnue en France comme un épisode crucial dans le redressement du pays après l’écroulement de 1940 et dans sa résurgence en tant que grande nation européenne.

Les Français libres évacuant Bir Hakeim.
Les Français libres évacuant Bir Hakeim. © Wikimedia

Article adapté de l’anglais par Stéphanie Trouillard.

Leave a Reply

Your email address will not be published.