La canicule s’amplifie en France, de possibles records absolus de température attendus

France

Publié le : Modifié le :

La France étouffe, samedi, sous une canicule intense et d’une précocité inédite. Les deux tiers du pays sont en vigilance rouge ou orange, et Météo-France indique déjà des records de température, avant l’arrivée d’orages par l’ouest dimanche.

Publicité

La canicule, qui frappe de plein fouet la France depuis plusieurs jours, continue de s’amplifier, samedi 18 juin. Les deux tiers du pays sont touchés par cette vague de chaleur : 11 départements sont en vigilance rouge, les Pyrénées-Atlantiques et les Hautes-Pyrénées ayant été ajoutés à la liste vendredi. Et 58 autres, de la région parisienne à la frontière allemande ainsi que de la Bretagne à la région lyonnaise, sont dans l’orange.

Samedi après-midi, “la chaleur s’accentue encore depuis l’ouest des Pyrénées en direction du nord-est du pays. Il fait en général entre 37 et 41°C sur Aquitaine, Poitou-Charentes, Centre-Val-de-Loire, ouest Bourgogne et Ile-de-France. Des pointes voisines de 42°/43°C sont mesurées localement sur le sud Aquitaine. Des records absolus de températures sont battus. Ailleurs, sur le Grand-Est, la région lyonnaise, l’Auvergne, la vallée du Rhône et une bonne partie de l’Occitanie, les températures maximales atteignent 35 à 39°C”, avertit Météo-France dans son dernier bulletin samedi.

Dans la nuit de samedi à dimanche, les températures descendront lentement, les minimales seront de l’ordre de 20 à 25°C sur bon nombre de régions.

Dimanche après-midi, les plus fortes chaleurs vont se décaler vers l’est. On atteindra 34 à 38 degrés sur le nord-est du pays, la Bourgogne, l’Auvergne et Rhône-Alpes, avec des pointes possibles à 39 degrés sur l’Alsace. Il fera 30 à 35 degrés de l’Occitanie au Limousin et au Centre Val de Loire, on sera proche de 30° sur la région parisienne. À noter que la baisse des températures sera importante sur toute la façade ouest du pays.

Annulation d’évènements et récolte en danger

De nombreux évènements festifs, sportifs et culturels ont donc été annulés dans les départements classés rouge. À Lourdes (Hautes-Pyrénées), le pèlerinage des anciens combattants – prévu à l’occasion de l’anniversaire de l’appel du 18 juin 1940 du général de Gaulle – n’aura pas lieu.  

Les écoliers et collégiens des zones rouges ont pu rester chez eux vendredi. Seulement 30 à 50 % des élèves étaient présents dans les écoles primaires de Gironde, un sur deux dans le Lot-et-Garonne, jusqu’à 75 % dans les Landes, selon le rectorat, précisant qu’aucun établissement n’a fermé.

En Haute-Saône, dix élèves de 10 et 11 ans ont été victimes d’insolation sur un terrain multisports proche de leur école à Pin, où la température atteignait 35 °C. Ils ont été médicalisés sur place par les pompiers, selon le maire.

Les personnes sans abri souffrent aussi des dangers de la déshydratation. À Toulouse, la Croix-Rouge organise des maraudes pour leur distribuer de l’eau fraîche. “Il y a plus de mortalité de gens dans la rue en été qu’en hiver”, soulignait un bénévole, Hugues Juglair, 67 ans.

Les agriculteurs doivent s’adapter. “J’attaque au lever du jour jusqu’à 11 h 30, et après je peux travailler le soir, avant la tombée de la nuit”, précise Daniel Toffaloni, 64 ans, cultivateur près d’Elne (Pyrénées-Orientales). Dans ses serres de tomates, la température peut atteindre 55 °C.

En Centre-Val de Loire, c’est sur l’Indre-et-Loire que pèse le plus la canicule. Les feux de récolte s’y multiplient, avec 20 hectares de champs partis en fumée, mobilisant une centaine de pompiers. Ce département comme d’autres est passé en risque incendie “très sévère”, comme la Haute-Vienne, et la préfecture a interdit les travaux agricoles de 12 h à 17 h.

Concentrations d’ozone élevées dans l’air

Avec la chaleur, les concentrations d’ozone dans l’air sont en nette augmentation sur une grande partie de la France, selon Prev’Air, qui prévoit qu’elles restent élevées “dans les jours à venir”.

Les fortes chaleurs favorisent également la prolifération des cyanobactéries dans les plans d’eau, entrainant des interdictions de baignade, des activités nautiques et de la pêche, comme aux lacs de Sesquières et de la Ramée à Toulouse.   

Avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.