Législatives : la Nupes répond aux critiques avec son “programme partagé de gouvernement”

France

Publié le :

Jean-Luc Mélenchon et ses alliés ont présenté jeudi leurs 650 propositions pour gouverner la France en cas de victoire aux élections législatives des 12 et 19 juin, avec le souci de démontrer que La France insoumise, Europe Écologie-Les Verts, Parti socialiste et Parti communiste étaient bien unis sur l’essentiel.

Publicité

Législatives 2022
Législatives 2022 © Studio graphique FMM

“L’idée n’a pas été d’aboutir à une fusion idéologique”, a affirmé d’emblée Jean-Luc Mélenchon, jeudi 19 mai, lors de la présentation du programme de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) pour les élections législatives des 12 et 19 juin.

“Nous ne pouvions pas, dans le délai qui était le nôtre, et après un si long moment d’absence de débat, nous accorder sur tout”, a-t-il expliqué, mais la volonté était de “faire mieux que quelques mesures, qui auraient réduit notre union à un pur cartel électoral”.

>> À lire aussi : “Législatives 2022 : une alliance qui marque un virage historique pour la gauche”

Le leader de La France insoumise (LFI), mais aussi le secrétaire national d’Europe Écologie-Les Verts (EELV) Julien Bayou, le premier secrétaire du Parti socialiste (PS) Olivier Faure et le représentant du Parti communiste (PCF) Ian Brossat – le secrétaire national du parti, Fabien Roussel, était retenu dans sa circonscription – avaient tous à cœur de répondre aux critiques qualifiant leur alliance d'”union de façade” et accusant notamment socialistes et écologistes d’avoir “vendu leur âme pour un plat de lentilles”.

En présentant 650 propositions, dont la retraite à 60 ans, le Smic à 1 500 euros, le blocage des prix des produits de première nécessité, le rétablissement de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF), le remboursement de tous les soins prescrits à 100 % ou encore la création d’un million d’emplois grâce à l’investissement dans la bifurcation écologique, les alliés de la Nupes ont voulu insister sur ce qui les rassemble. “On est d’accord sur l’essentiel !”, a ainsi martelé Ian Brossat.

“Nous avons un programme partagé et nous n’avançons pas masqués”, a affirmé de son côté Olivier Faure. “L’idée n’est pas de s’aligner les uns sur les autres. J’insiste sur le fond. (…) On a bien la volonté ensemble d’être une gauche de transformation”, a-t-il poursuivi, rappelant que “l’histoire de la gauche toute entière est d’avoir rendu possibles des choses qui étaient présentées comme impossibles”.

La Nupes n’a pas tenté de cacher les 33 points sur lesquels existent des “nuances”, comme la sortie de l’Otan, le nucléaire ou les nationalisations, qui représentent selon ses représentants “5 % du total des propositions”. Toutes les divergences entre LFI, EELV, PS et PCF sont ainsi listées en bas de chaque chapitre du programme présenté jeudi matin à quelques pas du siège de La France insoumise à Paris.

“Reparlementarisation” de la vie politique plutôt que “hyperprésidentialisation”

Au contraire, Jean-Luc Mélenchon souhaite faire de ces désaccords une force en prônant le débat parlementaire et le vote des députés pour les trancher. Ce programme s’inscrit “dans une démarche de reparlementarisation” de la vie politique française, a-t-il insisté, par contraste avec “l’hyperprésidentialisation” d’Emmanuel Macron, dont il a critiqué une absence de programme.

Il en va ainsi de l’énergie nucléaire, défendue par les communistes. “C’est un bon exemple, a commenté le leader insoumis. Nous ne demandons à personne d’abandonner ses positions.”

Concernant l’Otan, que Jean-Luc Mélenchon veut quitter, “je vois bien que le point de vue qui est le mien n’est pas partagé aujourd’hui”, a-t-il expliqué. “Je m’en voudrais de faire un coup de force (…) parce que ça empêcherait l’union de se faire”. Mais, a-t-il souligné en replaçant la question dans le contexte d’une cohabitation avec Emmanuel Macron, “aucune décision concernant la sortie de l’Otan ne serait ratifiée par le président, par conséquent, la question est nulle et non avenue”.

Sur l’Europe, enfin, le texte acte que les signataires sont “prêts à ne pas respecter des règles européennes – désobéir pour les uns, déroger transitoirement pour les autres – quand elles sont en contradiction avec l’application” du programme.

>> À lire aussi : “Désobéissance aux traités européens : pour le meilleur ou pour le pire ?”

Au total, le projet de la Nupes prévoit 250 milliards de dépenses pour 267 milliards de recettes. Ses défenseurs espèrent dégager 163 milliards d’euros en plus grâce à “un impôt plus juste”, 52 milliards au titre de la lutte contre la fraude et l’évasion fiscales, et 52 autres milliards “grâce aux emplois créés et à la hausse de la consommation”.

Selon un sondage Elabe pour BFMTV, L’Express et SFR publié mercredi, la Nupes (27,5 % des intentions de vote au premier tour le 12 juin) devance le camp présidentiel Ensemble ! (27 %), qui garderait toutefois sa majorité au palais Bourbon, selon les projections de ce même sondage, à l’issue du second tour le 19 juin.

Avec AFP et Reuters

Leave a Reply

Your email address will not be published.