Législatives : Le Pen lance sa campagne en attaquant le «fou du roi» Mélenchon

Meilleures histoires

Reposée, et toujours prompte à taper sur ses adversaires. Quinze jours après sa défaite à la présidentielle, Marine Le Pen a lancé dimanche sa campagne pour les législatives à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), où elle est candidate à sa réélection, en ciblant Jean-Luc Mélenchon, qualifié de « fou du roi », pour avoir selon elle favorisé la réélection d’Emmanuel Macron.

« La fable de Jean-Luc Mélenchon opposant à Emmanuel Macron, on va peut-être arrêter, maintenant… Ça a duré 15 jours, ça a fait rire tout le monde », a-t-elle déclaré à son arrivée dans cette municipalité RN, dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, où elle est élue députée depuis 2017.

« Il joue les fous du roi, il surjoue l’insolence à l’égard du président », a lancé l’ex-candidate RN à la présidentielle. Mais « la réalité, c’est que Jean-Luc Mélenchon a fait élire Emmanuel Macron » en demandant à ses électeurs de ne pas voter pour elle, a-t-elle estimé. « Ça le discrédite absolument pour pouvoir se mettre dans la posture de l’opposant. »

Contrer la politique sociale d’Emmanuel Macron

Mme Le Pen s’est aussi moquée du chef de La France Insoumise, qui tente ces dernières semaines de mener le rassemblement à gauche. « Pour pouvoir gagner une législative, il faudrait qu’il accepte de se présenter, déjà. Ce serait un bon début », a-t-elle ironisé, M. Mélenchon ayant annoncé qu’il ne serait lui-même vraisemblablement pas candidat.

La candidate malheureuse à l’élection présidentielle a pris dimanche un bain de foule dans le marché de ville et multiplié les selfies, avant de participer à une cérémonie du 8 mai. Elle a dit espérer que le RN entrerait « en force à l’Assemblée nationale » pour contrer « la politique sociale qu’Emmanuel Macron veut mettre en œuvre ».

VIDEO. Malgré sa défaite, Le Pen évoque une « victoire éclatante » et lance « la bataille des législatives »

« Nous lutterons également contre le laxisme, celui que nous avons vu à l’œuvre depuis 5 ans en matière d’insécurité, d’immigration, qui est un des points ou l’alliance entre Mélenchon et Macron est peut-être la plus dangereuse », a-t-elle affirmé, assurant qu’il y aura des candidats RN « absolument partout ».

« La paix, que nous croyons immuable et définitive, ne l’est pas »

L’élue d’extrême droite a déposé lors de sa visite une gerbe au cimetière pour la cérémonie du 8 mai aux côtés du maire RN de la commune Steeve Briois. « Après le tragique 20e siècle, voilà que surgit, 77 ans après, les bruits hideux de la guerre en Europe, ces images de destruction et de désolation à longueur d’antenne, les flots de larmes et de sang sous nos yeux, le torrent de réfugiés par millions à nos portes », a-t-elle déclaré dans son discours.

« La paix, que nous croyons immuable et définitive, ne l’est pas (…) L’agression dont a été victime l’Ukraine nous prouve (…) la nécessité pour tous les pays de se garantir les moyens de leur propre défense nationale », a ajouté celle qui a été accusée par ses adversaires de complaisance avec la Russie de Poutine lors de la campagne présidentielle.

Mme Le Pen fera notamment face dans sa circonscription à Marine Tondelier (EELV), conseillère municipale d’opposition à Hénin-Beaumont, investie par la « Nouvelle union populaire écologique et sociale » (Nupes). Elle était porte-parole du candidat écologiste Yannick Jadot.

Leave a Reply

Your email address will not be published.