Législatives : Naïma M’Faddel et Ali Camille Hojeij, hérauts des Français de l’étranger “mal aimés”

France Monde

Publié le :

Depuis 2012, onze des 577 députés siégeant à l’Assemblée nationale sont élus par les Français résidant à l’étranger. Souvent binationaux, reflétant la diversité de la population française, ces candidats aux législatives mettent en avant des parcours atypiques, à cheval sur plusieurs continents, pour convaincre des électeurs. Exemples avec la Franco-Marocaine Naïma M’Faddel et le Franco-Libanais né à Bangui Ali Camille Hojeij.

Publicité

Législatives 2022
Législatives 2022 © Studio graphique FMM

C’est la troisième fois que les expatriés sont appelés aux urnes à l’occasion des élections législatives. Après le vote électronique, 1,6 millions d’électeurs résidant hors de France doivent choisir, les samedi 4 et dimanche 5 juin, leur représentant à l’Assemblée nationale lors du premier tour.

Sur les 11 circonscriptions regroupant les bureaux de vote situés en dehors du territoire national, deux intéressent le continent africain. La neuvième englobe le Maghreb et une grande partie de l’Afrique de l’Ouest. Le Bénin, le Ghana, le Togo et le Nigeria, eux, dépendent de la dixième circonscription, avec le reste de l’Afrique et le Proche-Orient.

C’est dans cette dernière que se présente le candidat indépendant “Macron-compatible” Ali Camille Hojeij. À 36 ans, l’avocat franco-libanais se lance en politique pour porter la voix des Français de l’étranger qui, selon lui, “sont des citoyens français à part entière mais considérés comme des citoyens à part”.

“Loin des yeux, loin du cœur”, résume également Naïma M’Faddel, candidate Les Républicains (LR), proche de Valérie Pécresse, pour représenter les Français expatriés au Maghreb et en Afrique de l’Ouest, dans la neuvième circonscription. “Les politiques se succèdent mais ils ne voient pas leurs problèmes se résoudre. Beaucoup se demandent à quoi cela sert d’aller voter”, ajoute la candidate.

Signe de ce désintérêt des expatriés pour le scrutin, à peine 20 % des électeurs des 11 circonscriptions des Français de l’étranger se sont rendus aux urnes, soit un taux de participation plus de deux fois inférieur à celui de l’ensemble du corps électoral, lors du premier tour des législatives de 2017.

Un pied à Paris, un autre sur le continent

À l’impression d’être délaissés par Paris s’ajoute un fort sentiment d’injustice chez les Français résidant à l’étranger, alimenté par la difficile reconnaissance des points de retraite acquis dans le pays d’expatriation ou encore la participation au financement de la sécurité sociale sans pouvoir en bénéficier.

“Le ministère clé pour les Français de l’étranger, c’est Bercy, le ministère de l’Économie et des Finances. Et pour Bercy, les Français de l’étranger sont des déserteurs qui fuient leur pays pour payer moins d’impôts”, estime Ali Camille Hojeij.

Autre point noir : les frais de scolarité. Ils sont de plus en plus élevés pour des expatriés qui, contrairement aux idées reçues, ne sont pas tous des privilégiés, assure Naïma M’Faddel. “Moi, je souhaite la gratuité pour les enfants vivant à l’étranger scolarisés dans les établissements mis en place par la France. C’est une question d’égalité entre les citoyens et un principe constitutionnel”, plaide la candidate.

“Il y a un effet ciseaux : on a d’un côté des frais de scolarité qui augmentent, de l’autre des recrutés locaux qui souvent n’ont pas le diplôme du Capes et donc une qualité de l’enseignement qui se dégrade”, explique Ali Camille Hojeij. L’avocat se définit lui-même comme un pur produit de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE), qui gère un réseau de 552 établissements à travers le monde.

>> À lire aussi : “Comprendre les élections législatives françaises en six questions”

Fils d’entrepreneur, né à Bangui en Centrafrique, Ali Camille Houjeij a passé son enfance sur le continent africain avant de poser ses valises à Paris à sa majorité pour y suivre des études de droit. Il revendique aujourd’hui cet “ancrage socioculturel” en Afrique et au Moyen-Orient, “même si cela reste difficile dans une circonscription qui couvre 49 pays”, reconnaît le candidat novice en politique.

Pour convaincre les électeurs, Naïma M’Faddel mise elle aussi sur son parcours multiculturel et son lien avec le Maroc. “Mes frères et mes enfants habitent dans cette circonscription. Je suis donc concernée par la question de l’expatriation”, affirme l’ancienne responsable associative. Arrivée en France à l’âge de 8 ans sans avoir été scolarisée au Maroc, l’ex-élue à la mairie de Dreux et essayiste explique qu'”elle doit tout à la France”.

Lutter contre le sentiment antifrançais en Afrique

Si faire entendre la voix des Français de l’étranger est une priorité pour ces deux candidats, Naima M’Faddel et Ali Camille Hojeij envisagent également leur rôle comme celui d’un relais de l’action extérieure de la France. Une mission d’autant plus importante à l’heure où le sentiment antifrançais monte d’un cran dans plusieurs pays africains comme la Centrafrique, le Mali ou encore le Tchad.

“Les expatriés français jouissent d’une très bonne réputation et ne suscitent aucune hostilité. Le ressentiment vient de la perception d’une politique du gouvernement français et de manipulations des rivaux de la France, notamment de la Russie”, analyse Ali Camille Houjeij.

À l’heure de la réforme contestée du corps diplomatique français, le candidat assure qu’un député possédant des clés de compréhension et un “ancrage socioculturel” en Afrique peut compléter “utilement l’action diplomatique”. Selon lui, la France et le continent ont besoin d’interlocuteurs capables de “faire avancer l’agenda français mais d’une manière bien plus respectueuse de la souveraineté des États”.

“Depuis une décennie, la France n’a pas su entretenir les liens culturels entre les peuples, et les rapports entre la France et l’Afrique se sont distendus également sur le plan économique”, explique de son côté Naïma M’Faddel. La candidate appelle à augmenter les budgets des instituts culturels et de la Francophonie “pour rétablir le lien fraternel et historique entre l’Afrique et la France”.

Leave a Reply

Your email address will not be published.