Législatives : «Nous désobéirons à tout ce qui met en cause le vote du peuple français», affirme Mélenchon

Meilleures histoires

15:00

C’est la fin de ce direct

Merci de l’avoir suivi. Retrouvez nous dès demain pour suivre l’actualité politique, notamment l’avancé du remaniement et la campagne des législatives. Bon dimanche !

14:22

« J’aime ce travail-là »

Lorsque Marine Le Pen salue les aînés d’Hénin-Beaumont, réunis pour un déjeuner dominical, on lui demande des nouvelles… de ses chats. Et la présidente du Rassemblement national, éleveuse officielle de chats bengals depuis deux ans, répond volontiers. « Ca va, j’aime ce travail-là », l’entend-on dire dans cette vidéo qu’elle a postée sur Twitter. « J'(en) étais privée depuis un an, j’avais bloqué tout le monde », confie-t-elle.

14:00

Le « Penelope gate » au menu de demain

François Fillon connaîtra demain après-midi la décision en appel dans l’affaire des soupçons d’emplois fictifs de sa femme Penelope Fillon. En première instance, l’ancien Premier ministre avait été condamné à cinq ans d’emprisonnement dont deux ferme, 375000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité.

13:24

Marine Le Pen s’est exprimée depuis Hénin-Beaumont

La candidate RN aux législatives et finaliste de la présidentielle a visé Jean-Luc Mélenchon, lors de son déplacement. 

13:13

Faure et « l’injustice » faite à sa candidate dans le XXe

Le Premier secrétaire du PS Olivier Faure est revenu ce dimanche sur RTL sur la décision de l’Union populaire d’écarter la socialiste Lamia El Aajare comme candidate de la 15e circonscription de Paris au profit de l’Insoumise Danielle Simonet. « Je me bats pour » qu’elle puisse être candidate, « il y a une forme d’injustice », a-t-il estimé, saluant une « députée valeureuse ».

13:01

Mélenchon pour envoyer des casques bleus en Ukraine

Interrogé, en conclusion de son grand entretien sur France Inter et France Info, à parler de la guerre en Ukraine et de ses critiques lorsque des armes ont été livrées à Kiev, Jean-Luc Mélenchon estime qu’ « il faut envoyer des casques bleus devant les centrales nucléaires » en Ukraine « et s’il le faut, ce sont les Français qui le feront ».

12:53

« Oui », Mélenchon peut aller à Matignon sans être député

« Oui, on peut être Premier ministre sans être député », affirme sur France Inter Jean-Luc Mélenchon. Le député de la France insoumise a dit vendredi soir qu’il ne serait « vraisemblablement pas » candidat à sa réélection, pour se consacrer à sa volonté de devenir Premier ministre. « Six sur 24 l’ont été dans la Ve République, le premier était le Général de Gaulle, c’est aussi le cas de monsieur Castex qui a été désigné avec une légitimité à Prades. J’ai une certaine légitimité à être devant dans les rangs de la Nouvelle union populaire écologique et sociale », défend-il.

12:45

Le tacle de Faure à Hollande

L’ancien président de la République François Hollande a critiqué l’accord du PS avec l’Union populaire de Jean-Luc Mélenchon. Il devrait, demain sur France Inter, les réitérer. « Les déboires du PS ne datent pas de quelques jours, je me souviens d’un président qui n’a pas été candidat à sa succession, ce qui est inédit dans la Ve République », a rétorqué sur RTL le premier secrétaire du PS Olivier Faure. 

12:45

Mélenchon et l’Europe

« Nous désobéirons à tout ce qui met en cause le vote du peuple français », assène, sur France Inter, Jean-Luc Mélenchon, interrogé par Clément Beaune sur le risque de déroger aux règles européennes. Et de citer l’exemple de l’eau: « si les Français le veulent », tout l’approvisionnement de l’eau redeviendra public, en contradiction des dispositions européennes.

En cas de sanctions de l’Union européenne ? « Personne ne paye. Car fort heureusement l’Union européenne n’en est pas à faire la police. Nous donnons déjà 9 milliards de plus que ce qui nous revient. La solidarité, c’est quand on en a les moyens. Dans le moment, c’est nous qui avons le moins de moyens donc nous nous aidons nous-mêmes ». 

12:37

Mélenchon, les éoliennes et le climat

Ceux qui ne veulent pas d’éoliennes près de chez eux « n’ont pas tout à fait tort » car « la beauté des paysages » est un plaisir qui ne coûte « rien ». « Mon projet n’est pas de coller des éoliennes partout sur terre, c’est de les mettre en mer, à 20 km du rivage », explique sur France Inter Jean-Luc Mélenchon. « Je veux créer un état d’esprit. Pendant la guerre, pardon pour la comparaison, on a su trouver des solutions », tonne-t-il. « Tout le monde a raison en même temps, il va falloir faire beaucoup de sobriété énergétique. (…) Je crois (aussi) aux progrès techniques et technologiques ».

12:31

« Nous sommes au pied du mur »

« Si on veut un gouvernement, il faut bien commencer par un accord électoral », justifie, pour la Nupes, Jean-Luc Mélenchon. Le député de la France insoumise, qui ne se représentera « vraisemblablement pas » aux législatives mais vise Matignon voit dans sa position la seule solution: « nous sommes au pied du mur » pour répondre très vite à « la catastrophe écologique et catastrophe sociale ».

12:25

Faure estime que les egos ont « été mis de côté »

Le Premier secrétaire du PS Olivier Faure se félicite une nouvelle fois de l’accord signé entre son parti et LFI, assurant que la gauche a « fait le choix de mettre (ses) égos de côtés ». « En dépit de ce que nous avons pu dire les uns sur les autres, nous avons la force de chercher l’intérêt général pour que sur la planète, sur le social, nous soyons au rendez-vous », salue-t-il sur RTL.

12:21

Mélenchon sur Valls

« Monsieur Valls me déteste, moi je m’en fous de lui, il ne m’empêche pas de dormir », maugrée sur France Inter et France Info Jean-Luc Mélenchon. Il y a deux heures, sur Europe 1, Manuel Valls, candidat Renaissance, a estimé que son ennemi pour les législatives était le « mélenchonisme ».

12:19

Jean-Luc Mélenchon justifie sa « radicalité »

« Les modérés n’arrangent rien, une fois arrivés (au pouvoir, NDLR), il passent leur temps à avoir peur de leur ombre et ne changent rien », explique, sur France Inter et France Info, Jean-Luc Mélenchon pour justifier son image de radicalité.

12:17

Taha Bouhafs officialise sa candidature

11:51

Jospin dans le XXe pour soutenir Lamia El Aaraje

La socialiste Lamia El Aaraje, qui envisage de se présenter en dissidence à gauche à Paris après l’accord du PS avec LFI, a reçu le soutien de l’ancien Premier ministre Lionel Jospin. « J’estime être la candidate légitime, de l’Union », a-t-elle dit à des habitants sur le marché de la place de La Réunion, dans le XXe arrondissement de Paris. « A ce stade, je suis à côté d’elle », a affirmé Lionel Jospin.

11:33

Et retentit le Chant des partisans

Ce texte, écrit par Joseph Kessel et Maurice Druon, deux immenses signatures de la littérature française, semble toujours émouvoir le président Macron, ainsi que de nombreuses personnes. Parce que sifflé en signe de reconnaissance pendant l’Occupation nazie, ce chant est devenu l’hymne de la Résistance française.

11:32

Le ravivage de la Flamme, une tradition inaltérable

Chaque soir à 18h30, des anciens combattants, parfois accompagnés de groupes scolaires, ravivent la Flamme du soldat inconnu depuis 1923. Ils n’y ont jamais dérogé, pas même pendant l’Occupation. 

Depuis le 24 mars dernier, c’est Christophe de Saint Chamas, général de corps d’armée, gouverneur des Invalides, qui dirige le Comité de la Flamme.

11:26

Le bleuet, symbole des soldats disparus

Emmanuel Macron arbore un bleuet au revers de sa veste, symbole de la mémoire et de la solidarité envers les anciens combattants, les soldats victimes de guerre et leurs veufs, veuves et orphelins. La vente de ces broches le 8 mai et le 11 novembre finance des oeuvres à leur profit, mais le symbole n’a pas été largement adopté, au contraire du coquelicot qui, au Royaume-Uni, permet de récolter chaque année une quarantaine de millions d’euros au profit d’actions sociales similaires.

11:23

La cérémonie se poursuit place de l’Etoile

Le président de la République a rejoint le Premier ministre Jean Castex et ses ministres des Armées et des Anciens combattants, Florence Parly et Geneviève Darrieusecq avant que ne retentisse une deuxième fois la Marseillaise.

11:19

Sur les cavaliers qui défilent

Le régiment de cavalerie de la Garde républicaine est la dernière unité à cheval de l’armée française et la plus grande formation « montée » au monde. 480 militaires et civils en font partie, dont 10% de femmes environ.

11:15

Défilé de motos et de chevaux sur les Champs-Elysées

Les escadrons de la gendarmerie à moto et les cavaliers de la Garde républicaine escortent la voiture du président de la République sur les Champs-Elysées. Le cortège doivent, à l’allure du petit trot des chevaux, se rendre jusqu’à l’Arc de Triomphe. 

11:09

La famille de Gaulle est présente

Yves de Gaulle, le petit-fils du Général, est présent à la cérémonie avec son épouse Laurence. Le président de la République échange quelques mots avec eux, et de nombreux sourires. 

Hervé Gaymard, président du département de Savoir, est à leur côté en tant que président de la Fondation Charles de Gaulle.

11:05

Jean Castex accueille Emmanuel Macron

Le Premier ministre s’est avancé vers la voiture du président de la République, venu seul pour la commémoration. Une gerbe est déposée au pied de la statue du Général de Gaulle, en présence des présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale, ainsi que de la ministre des Anciens combattants.

11:03

Le gouvernement au complet sur les Champs-Elysées

Roselyne Bachelot, Eric Dupont-Moretti, Jean-Yves Le Drian, Gabriel Attal, et les autres ministres se trouvent déjà sur les Champs-Elysées, à la tribune dressée près de la statue du Général de Gaulle pour commémorer le 77e anniversaire de la victoire contre l’Allemagne nazie, le 8 mai 1945.

Leave a Reply

Your email address will not be published.