L’historien des minorités Pap Ndiaye, la surprise à l’Éducation nationale

France

Publié le :

Jusqu’alors directeur du musée de l’Histoire de l’immigration, Pap Ndiaye a été désigné vendredi ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse. Universitaire respecté, le spécialiste de l’histoire sociale des États-Unis et des minorités présente un profil en rupture avec celui de son prédécesseur, Jean-Michel Blanquer.

Publicité

Sa nomination constitue la principale surprise du nouveau gouvernement d’Élisabeth Borne, dévoilé vendredi 20 mai. L’arrivée de Pap Ndiaye à la tête du ministère de l’Éducation nationale est d’autant plus inattendue que le profil de cet universitaire apparaît en rupture avec celui de son prédécesseur, Jean-Michel Blanquer.

Né d’un père sénégalais et d’une mère française, ce chercheur de 56 ans est spécialiste de l’histoire sociale des États-Unis et des minorités. Il occupait depuis l’année dernière le poste de directeur du musée de l’Histoire de l’immigration.

Ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé d’histoire et titulaire d’un doctorat obtenu à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Pap Ndiaye est le frère aîné de l’écrivaine Marie NDiaye, prix Goncourt 2009. Il a étudié aux États-Unis de 1991 à 1996 et s’est fait connaître du grand public en publiant en 2008 “La Condition noire. Essai sur une minorité française”, son ouvrage de référence.

“Une nouvelle manière d’appréhender le passé”

“Dans le domaine de l’histoire, c’est quelqu’un qui a été innovant, il a su montrer une nouvelle manière d’appréhender le passé. Ses travaux sur la présence noire en France sont fondateurs”, dit de lui l’historien Pascal Blanchard, spécialiste de la colonisation.

En 2019, toujours soucieux de vulgariser ses sujets d’étude, Pap Ndiaye devient conseiller scientifique de l’exposition “Le modèle noir” au musée d’Orsay à Paris, consacrée à la représentation des Noirs dans les arts visuels. Plus récemment, en 2020, il a été le coauteur d’un rapport sur la diversité à l’Opéra de Paris.

Professeur pendant de nombreuses années à Sciences Po, il est apprécié de ses pairs et présenté comme un adepte du consensus.

“Il est diplomate dans sa façon d’être aux autres. C’est bien car c’est un ministère qui a besoin de diplomatie”, estime Pascal Blanchard. “S’il a les moyens d’avoir la politique qu’il peut incarner, comme personnalité intellectuelle, je pense que nous irons dans une direction nouvelle”, abonde le sociologue Michel Wieviorka, qui ajoute que “sur tout ce qui touche aux minorités, il incarne des orientations qui ne sont certainement pas celles que Jean-Michel Blanquer a mises en œuvre”.

“Un coup médiatique”

La nomination à l’Éducation nationale de Pap Ndiaye, qui avait signé en 2012 une tribune appelant à voter pour François Hollande, suscite aussi des critiques.

“Je suis stupéfait de cette nouvelle. Pour moi, Pap Ndiaye n’était pas du tout là-dedans. Ce qui est sûr, c’est qu’il fallait ‘déblanquériser’ l’Éducation nationale”, a réagi auprès de l’AFP le député La France insoumise Alexis Corbière. Mais “ce coup médiatique, le seul de ce gouvernement terne, ne désamorcera pas la profonde colère dans l’Éducation nationale”, estime-t-il.

Les réactions les plus hostiles à cette nomination ont été exprimées dans le camp de la droite nationaliste. “Emmanuel Macron avait dit qu’il fallait déconstruire l’histoire de France. Pap Ndiaye va s’en charger”, a écrit sur Twitter le dirigeant du parti Reconquête!, Éric Zemmour.

Dénonçant le choix d’un “indigéniste assumé” pour assurer la fonction de ministre de l’Éducation nationale, la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen à appelé à faire élire, le mois prochain, “un maximum de députés du Rassemblement national pour protéger notre jeunesse des pires idéologies”.

Avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.