L’Ossétie du Sud renonce à organiser un référendum d’intégration à la Russie

Europe

Publié le :

Alors que l’Ossétie du Sud devait tenir le 17 juillet un référendum sur son intégration à la Russie, les nouvelles autorités de cette région séparatiste géorgienne prorusse ont annoncé lundi qu’il n’aurait finalement pas lieu, face à “l’incertitude liée aux conséquences légales” d’une telle consultation.

Publicité

Les nouvelles autorités de la région séparatiste géorgienne pro-russe d’Ossétie du Sud ont annoncé, lundi 30 mai, renoncer à l’organisation d’un référendum sur leur intégration à la Russie.

Dans un décret, le “président” Alan Gagloev a invoqué “l’incertitude liée aux conséquences légales” d’une telle consultation, qui avait été décidée par son prédécesseur, Anatoli Bibilov, et qui devait se tenir le 17 juillet. Il a également mis en avant “l’inadmissibilité d’une décision unilatérale par référendum sur des questions relevant des droits et intérêts légitimes de la Fédération de Russie”.

Alan Gagloev a néanmoins appelé à “tenir, sans délai, des consultations avec la partie russe sur l’ensemble des questions liées à une plus grande intégration de l’Ossétie du Sud et de la Fédération de Russie”.

“Aspiration historique”

Le 13 mai, les autorités d’Ossétie du Sud avaient annoncé la signature par Anatoli Bibilov d’un décret sur la tenue d’un référendum, évoquant “l’aspiration historique” des habitants de ce petit territoire caucasien à rejoindre la Russie, dont il est limitrophe.

“Nous rentrons à la maison”, avait commenté Anatoli Bibilov, ajoutant que “le moment est venu de s’unir une fois pour toutes”. “L’Ossétie du Sud et la Russie seront ensemble. C’est le début d’une grande nouvelle histoire”, avait-il dit.

Mais Anatoli Bibilov n’a pas réussi à se faire réélire au poste de “président” au début du mois. La Russie avait exprimé l’espoir que son successeur à ce poste, Alan Gagloïev, saurait assurer la “continuité” dans les relations avec Moscou.

Au centre du conflit de 2008

L’Ossétie du Sud a été au centre de la guerre russo-géorgienne de 2008, à la suite de laquelle le Kremlin a reconnu son indépendance ainsi que celle d’une autre région séparatiste géorgienne, l’Abkhazie, et y a installé des bases militaires.

L’annonce du “président” Gagloev survient au 96e jour de l’invasion par l’armée russe de l’Ukraine, où les chefs des régions séparatistes de Donetsk et de Louhansk, dont l’indépendance a aussi été reconnue par Moscou, ont également fait part de leur intérêt pour une intégration à la Russie.

La Géorgie, où l’offensive russe contre l’Ukraine a suscité un élan de solidarité, juge inacceptable l’éventualité d’un rattachement de l’Ossétie du Sud à la Russie.

En août 2008, la Russie avait attaqué la Géorgie dont le gouvernement combattait des milices pro-russes dans cette région, après qu’elles eurent bombardé des villages géorgiens. Les combats avaient pris fin au bout de cinq jours avec l’établissement d’un cessez-le-feu négocié par l’Union européenne. Mais ils avaient fait plus de 700 morts et provoqué le déplacement de dizaines de milliers de Géorgiens de souche.

En mars, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye, Karim Khan, a demandé que des mandats d’arrêt soient lancés contre trois responsables actuels et anciens de l’Ossétie du Sud, en relation avec des crimes de guerre commis contre des Géorgiens de souche. Parmi les crimes qui leur sont reprochés figurent la torture, la détention illégale, la prise d’otages et les déportations de personnes.

L’année dernière, la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) a jugé que la Russie était responsable des violations des droits humains commises dans l’après-guerre.

Avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.