Présidentielle : en cas de victoire, Marine Le Pen ne veut pas d’Eric Zemmour dans son gouvernement

Meilleures histoires

Si Marine Le Pen devient présidente de la République, verra-t-on Éric Zemmour à la tête d’un ministère ? Ce scénario n’est pas une option, a confirmé Marine Le Pen au micro de France Inter mardi matin. « Ce n’est pas une possibilité, affirme la candidate du RN. Il n’en a pas le souhait, je n’en ai pas le souhait non plus, j’ai exprimé tout au long de la campagne les divergences que je pouvais avoir avec Éric Zemmour. »

Le candidat malheureux de Reconquête ! avait pourtant appelé à voter pour son adversaire à l’extrême droite, le soir du premier tour. Son seul soutien. Marine Le Pen le sait, et ne se trompe pas d’ennemi : « Je lui ai toujours concédé, sans aucune difficulté, qu’il faisait partie du camp de ceux qui croient en la France, qui croient qu’il faut que la France redevienne un pays souverain, poursuit-elle. Et j’avais séparé en réalité cette campagne en disant : il y a ceux qui croient en la France et il y a ceux qui n’y croient plus. »

Si elle l’emporte au second tour le 24 avril, Marine Le Pen prévient : « J’ai toutes les équipes qu’il me faut, je pourrais m’en constituer quatre ou cinq. Je sais qui sera mon Premier ministre, mais je ne vous le dirai pas, parce qu’on ne vote pas pour un ticket. » « On élit un président, il choisit un Premier ministre et c’est lui qui organise son gouvernement », se justifie-t-elle, sur son refus de dire qui composerait son gouvernement. Avant le premier tour, Marine Le Pen commençait déjà à tendre la main aux sympathisants d’Éric Zemmour, des « patriotes ».

Leave a Reply

Your email address will not be published.