Présidentielle : Russie, Etats-Unis, Europe… comment ont voté les Français de l’étranger au second tour

Meilleures histoires

Qu’ils vivent en Asie, en Afrique, au Moyen-Orient, ou bien encore en Amérique du Sud, centrale ou du Nord, les Français vivant à l’étranger étaient eux aussi appelés à voter pour le second tour de l’élection présidentielle ce week-end. À l’exception des 4 800 inscrits sur les listes consulaires de Shanghai, toujours empêchés de sortir de chez eux pour cause de confinement sans horizon de fin. 1,4 million de personnes était inscrit sur les 210 listes consulaires recensées par l’Insee fin mars. Au premier tour, leur taux de participation s’était élevé à 35,12 % – avec de grandes amplitudes allant de 0 à Sanaa (Yémen) à 100 % à Riyad, la capitale d’Arabie saoudite – il a été de 38,62 % au second tour.

Ces votants ont élu à 86,14 % Emmanuel Macron, confirmant le choix du premier tour. Il y a deux semaines, le président sortant avait été porté largement en tête avec 45,09 % des suffrages, loin devant Jean-Luc Mélenchon (21,92) et plus encore devant Marine Le Pen (5,29 %) que même Zemmour et Jadot supplantaient.

En 2017, au second tour, Emmanuel Macron avait obtenu 89,31% des suffrages.

En Amérique, Macron plébiscité

En Argentine, Emmanuel Macron a été largement reconduit : le président sortant obtient 89 % des suffrages, contre 11 % pour sa rivale Marine Le Pen. Mais seul un votant sur cinq s’est déplacé pour voter, comme au premier tour. Ils sont un peu plus nombreux au Brésil : 24 %. Là encore, Macron est plébiscité, avec 86 % des voix, contre 14 % pour Le Pen. Au Chili, l’équilibre est sensiblement le même : 87-13. En Colombie, Emmanuel Macron fait encore mieux : le marcheur recueille 91 % des suffrages, avec une participation à 28 %. Quant au Venezuela, seuls 423 des 2 669 électeurs se sont déplacés (soit 16 % de participation). Emmanuel Macron y rassemble 88 % des voix.

Coupant le continent en deux, le Panama marque aussi une frontière électorale : au nord, on a moins voté Macron, 76 % lui ont donné leur voix en Jamaïque et sur l’isthme panaméen ; 62 % en République dominicaine.

Aux États-Unis, en revanche, les électeurs français se sont mobilisés pour placer Emmanuel Macron largement en tête. Sans compter Chicago et la Nouvelle-Orléans, les listes consulaires américaines comptent 128 921 inscrits. 46 195 ont voté, soit 36 % de participation, un progrès de 7 points par rapport au premier tour, mais loin des 44 % en 2017. Le président sortant obtient 92 % des suffrages. À New York, Emmanuel Macron recueille 93,55 % des voix, 89,7 % à Chicago.

Montréal est l’une des quatre grosses listes consulaires dans le monde avec 67 000 inscrits. Les Français d’Amérique du Nord ont voté dès samedi, décalage horaire oblige. Ils ont choisi Emmanuel Macron avec 87,63 % des voix, contre 12,37 % pour Marine Le Pen, sur fond de très faible participation (moins de 38 %). Au Québec, la participation a été un peu supérieure : 38 %, et le score du président sortant est de 74,50 %.

En Europe

La circonscription consulaire de Genève, en Suisse, représente la première communauté française expatriée au monde. Au premier tour, 54 000 des 124 000 inscrits ont voté, soit une participation de 44 %. Les 107 bureaux de vote étaient ouverts ce dimanche de 8 heures à 19 heures, tenus par 1 200 bénévoles recrutés et formés par le consulat. La participation est encore une fois bonne, 45,2 %, largement plus forte que la moyenne des Français de l’étranger. Emmanuel Macron a obtenu 81,27 % des scrutins, selon le consul Patrick Lachaussée.

La situation particulière de la Russie et de l’Ukraine

Malgré la guerre et le risque de bombardement sur la capitale ukrainienne, le 10 avril dernier, 11 Français s’étaient déplacés pour voter pour le premier tour, sur un corps électoral de 459 personnes, qui pour beaucoup ont fui le pays. Sur ces onze voix, six étaient allées à Emmanuel Macron, les six autres se répartissant entre Jean-Luc Mélenchon, Valérie Pécresse et Marine Le Pen.

En Russie, qui compte trois consulats, Éric Zemmour avait été placé en tête, sur fond d’une participation équivalente à de nombreux autres pays, au premier tour. À Moscou, Saint-Pétersbourg et Ekaterinbourg, sur les 968 suffrages exprimés, 263 (27,17 %) étaient allés au président de Reconquête, qui a longtemps tenu un discours ambigu sur Vladimir Poutine et critiqué les sanctions occidentales. Pour le second tour, c’est logiquement Marine Le Pen, pourtant critiquée pour sa proximité avec le Kremlin, et sa dépendance financière à une banque russe, qui est en tête : elle a obtenu 58,32 % des suffrages à Moscou.

Leave a Reply

Your email address will not be published.