Présidentielle : selon Gabriel Attal, les atrocités en Ukraine ne sont qu’«un point de détail» pour Marine Le Pen

Meilleures histoires

« Les atrocités qu’on constate en Ukraine sont un point de détail de l’histoire pour Marine Le Pen, pour reprendre une formule de ce parti », a attaqué sur France 2 ce lundi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, soutien d’Emmanuel Macron dans le cadre de la présidentielle, une allusion à des déclarations provocatrices de son père sur la Seconde Guerre mondiale.

Jean-Marie Le Pen, père de Marine Le Pen, ancien responsable du Front national (devenu Rassemblement national) avait estimé en 1987 que les chambres à gaz étaient un « point de détail de l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale », ce qui lui avait valu d’être condamné pour contestation de crime contre l’humanité. Il avait ensuite été exclu du Front national après avoir réitéré ces propos en 2015.

Relancé par le journaliste sur le fait que Marine Le Pen n’avait jamais tenu un tel propos, Gabriel Attal a éludé avant d’affirmer que pour la candidate RN, la diplomatie était une « ardoise magique » car elle a affirmé que Vladimir Poutine pouvait redevenir « un allié » après la guerre en Ukraine. « On voit bien ce que serait la France si Marine Le Pen était élue, on serait les alliés de la Russie », a déclaré Gabriel Attal en rappelant notamment le prêt contracté par le RN auprès d’une banque russe.

Marine Le Pen se défend

Gabriel Attal a encore estimé que Marine Le Pen faisait « une campagne en charentaises » à la différence d’Emmanuel Macron qui multiplie les déplacements sur des terres où il n’a pas réalisé de bons scores au premier tour.

Interrogée lors d’un bain de foule à Saint-Pierre-sur-Dives (Calvados), Marine Le Pen a souhaité que le débat télévisé entre les deux candidats qui aura lieu mercredi, ne soit pas l’occasion de propager de fausses nouvelles. « J’espère que ça ne sera pas ce que j’entends depuis une semaine, une succession d’invectives, de fake news, d’outrances comme j’ai encore entendu ce matin dans la bouche de Gabriel Attal », a-t-elle déclaré. Elle a également jugé sévèrement les soutiens du candidat Macron. « Ils sont plutôt grossiers, insultants, injurieux », a-t-elle dénoncé, avant de glisser : « Je trouve ça très bien les charentaises. »

Leave a Reply

Your email address will not be published.