PSG : «On a été un peu surpris par l’agressivité de Monaco», analyse Verratti

Toute l'actualite

Le milieu parisien revient sur le nul contre l’AS Monaco dimanche soir, au Parc des Princes (1-1).

Marco Verratti (milieu du PSG, après le nul 1-1 contre l’ASM) : «On a été un peu secoués en début de match. Ils étaient très agressifs. Le football d’aujourd’hui se joue beaucoup sur les duels, on prend un but sur une action comme ça… Monaco une bonne équipe. En deuxième période, on a beaucoup mieux joué, on a fait moins d’erreurs techniques et on a pu jouer dans le camp adverse, on a pu se créer des occasions. C’est une équipe très physique, qui est très forte dans les duels. Quand c’est comme ça, il faut avoir beaucoup plus de mouvements, être bien dans les passes parce que quand on en manque une on est ouvert et ils n’attendent que cela. Leurs deux occasions, c’était sur des ballons perdus… C’était mieux en seconde période. C’est surtout les duels. (…) En deuxième période, on a mis Leo (Messi) plus dans le cœur du jeu et on l’a mieux trouvé. Et quand on le trouve, il se passe toujours quelque chose… On n’a pas fait une bonne première demi-heure, on a été un peu surpris par l’agressivité de Monaco. Après, on a fait 70 très bonnes minutes, on a trouvé trois fois les montants, Monaco n’a pas frappé en deuxième période (Ben Yedder peu après la reprise, NDLR), c’est une très bonne équipe. Au vu des occasions, on méritait la victoire mais c’est le football. On est content de la prestation mais on peut faire mieux. (…) On pouvait trouver plus de profondeur, attaquer l’espace, avoir du mouvement, parce que quand on est arrêté, c’est plus facile pour eux. Il faut bouger un peu plus, peut-être être un peu moins organisé avec le ballon…

Milieu à deux ? Je me sens bien partout, je sais ce que le coach veut, j’essaie d’aider l’équipe, j’aime aussi jouer sans ballon et aider la défense. C’est un rôle que j’ai déjà eu par le passé, c’est vrai que c’est dur mais j’aime le faire, je me sens bien et je continuerai d’aider l’équipe, de faire ce que le coach me demande. Je sais que si on joue à deux (au milieu), ça permet de mettre les trois devant, trois phénomènes (la «MNM», NDLR), et il faut faire des efforts derrière et on les fait avec plaisir. C’est toujours un honneur de jouer avec ces grands joueurs… (…) Solutions ? Ce genre de match peut nous aider. Bien sûr, on veut toujours gagner, marquer plein de buts, donner le sourire aux gens, mais ce genre de match peut être utile en vue des prochains.»

(Sur Amazon Prime Vidéo)

Leave a Reply

Your email address will not be published.