Sécheresse : pour un de ses derniers déplacements, Castex promet que le gouvernement «ne laissera pas tomber les agriculteurs»

Meilleures histoires

Pour ses dernières heures à la tête du gouvernement, Jean Castex a voulu soutenir le monde agricole. Face à l’épisode de sécheresse actuel qui menace les récoltes, Jean Castex a martelé jeudi que l’exécutif « ne laissera pas tomber les agriculteurs », lors d’un déplacement dans le Vaucluse qui serait « vraisemblablement » le dernier de son mandat de Premier ministre. Il venait de visiter un bassin de rétention d’eau à Aubignan dans le Vaucluse.

Alors que selon Météo France, deux tiers de la France connaissent déjà des sols « secs à très secs » en raison d’un « manque quasi continu de pluie depuis septembre », le Premier ministre a indiqué que le gouvernement « aviserait en fonction des demandes de la profession s’il y a nécessité » de nouvelles aides d’urgence.

En début de semaine, le ministère de l’Agriculture et celui de la Transition écologique avaient annoncé le doublement de l’enveloppe (de 20 à 40 millions d’euros) à destination des agriculteurs désireux d’investir dans du matériel permettant d’optimiser la consommation de l’eau.

« Arrêter de laver les voitures et arroser les golfs »

Et le gouvernement avait par ailleurs annoncé fin avril que les agences de l’eau pourraient dépenser 100 millions d’euros supplémentaires pour aider les filières agricoles à s’adapter ou créer des retenues d’eau. Le ministre de l’Agriculture Julien Denormandie a aussi rappelé jeudi que « la priorité est d’arrêter de laver les voitures et arroser les golfs pour nourrir les Français », notamment dans la quinzaine de départements déjà soumis à des restrictions.

Sur le blé, « on a déjà perdu 30 % de la récolte par rapport à l’année dernière. Le grain ne se remplit pas », a témoigné Sébastien Mazoyer, agriculteur du Gard qui fait pousser blé, colza, tournesol et pois chiches. Quant au tournesol, « vu la météo les rendements ne seront pas bons », a-t-il anticipé.

Pour Jean Castex, ce déplacement, décidé à la dernière minute, intervient alors que l’incertitude règne sur la date précise de sa fin de mandat à Matignon. Était-ce son « dernier voyage », selon les mots du maire de Jonquières Louis Biscarrat ? « Vraisemblablement », a-t-il répondu.

« Mon quasi dernier », a-t-il rectifié un peu plus tard, en saluant les employés de la préfecture du Vaucluse où il fut secrétaire général de 1999 à 2001. Castex est encore attendu dimanche à Rome où il doit conduire la délégation française pour la canonisation de Charles de Foucauld.

Leave a Reply

Your email address will not be published.