Tops/Flops Eintracht Francfort-Glasgow Rangers : Trapp et Borré en héros face à des Écossais trop timides

Toute l'actualite

Les deux héros du jour côté Francfort, mais aussi des ailiers impressionnants chez les Allemands face à des Rangers trop faibles : retrouvez les tops et flops de cette finale de Ligue Europa 2022.

Tops

Trapp et Borré se muent en sauveurs

Kevin Trapp et Rafael Borré seront les héros de ce match, remporté lors de la séance de tirs au but (1-1, 5-4 t.a.b) par l’Eintracht Francfort face aux Glasgow Rangers. Peu sollicité, le gardien allemand n’a réalisé que cinq arrêts lors de ce match mais il a été décisif lorsqu’il le fallait. L’ancien portier du PSG auteur d’une parade fantastique devant Ryan Kent à quelques secondes de la fin (118e), avant de capter parfaitement le coup franc frappé par James Tavernier lors du dernier ballon du match (120e). Surtout, l’Allemand arrête la tentative d’Aaron Ramsey lors de la séance de tirs au but, donnant l’avantage aux siens. Après une première période timide, Rafael Borré s’est distingué au retour des vestiaires. Il inscrit le but de l’égalisation pour son équipe (69e) peu après l’ouverture du score adverse. L’attaquant colombien prend ses responsabilités en tirant le cinquième penalty de son équipe. D’une lourde frappe en lucarne, il offre le sacre à l’Eintracht.

Kevin Trapp décisif face à Ryan Kent en fin de match. Panoramic.

Les couloirs efficaces de Francfort

Durant la rencontre, les deux ailiers du club allemand se sont montrés à leurs avantages. Sur la gauche, Filip Kostic a fait parler son expérience pour prendre le dessus. Souvent juste, le Serbe est à la dernière passe sur le but de son équipe grâce à un amour de ballon déposé devant le but adverse. 114 ballons disputés pour l’ailier, qui donnera l’avantage à son équipe lors de la séance de tirs au but inscrivant le quatrième penalty. Son alter ego à droite lui aussi en jambes. Le jeune Ansgar Knauff a été impressionnant tout au long de la rencontre, multipliant les efforts et les appels. Certainement le joueur le plus dangereux dans le jeu courant. Quatre tirs au total pour l’Allemand de 19 ans.

Aribo, l’homme fort des Rangers

Plusieurs joueurs se sont distingués chez les Écossais. Le défenseur Calvin Bassey a été impressionnant lors des duels mais coupable sur le but. Le capitaine James Tavernier, plus discret qu’à son habitude, mais au-dessus du lot. Celui qui s’est réellement distingué à Séville c’est Joe Aribo. Positionné buteur au coup d’envoi, il a été un poison dans la défense adverse tout au long du match. Une dizaine de minutes la reprise, il profite d’une boulette de la défense adverse pour ajuster Kevin Trapp (57e) et ouvrir le score lors de cette rencontre fermée mais débridée. Sorti à la 101e, Joe Aribo est passé tout près d’être le héros de tout un peuple.

Le public, le seul au rendez-vous

Le «12e homme» a joué son rôle ce mercredi soir. C’était d’ailleurs celui qui était le plus présent lors de cette finale au stade Ramón Sánchez-Pizjuán. 43 000 spectateurs entassés dans les travées de l’enceinte sévillane, répartis plutôt équitablement. Un stade garni de bleus et de blancs. Ce sont bien les fans de l’Eintracht qui se sont faits le plus entendre lors de la rencontre, et même quand l’équipe était menée. En tout, plus de 150 000 supporters étaient présents dans la capitale andalouse.

Les Bleus des Rangers font face aux Blancs de Francfort. Panoramic.

Flops

Les «teddy bears» trop tendres

Les «oursons» de Glasgow trop timides lors de la rencontre. Faibles techniquement, certainement apeurés par l’enjeu et épuisés après cette longue saison (64 matchs au total), les joueurs de Giovanni Van Bronckhorst ont souffert d’un manque criant d’expérience lors de cette finale. Six tirs tentés lors du temps réglementaire, seulement deux qui accrochent le cadre. Les Rangers n’ont jamais semblé en mesure de l’emporter, même lorsqu’ils menaient au score tant les Francfortois étaient un cran au-dessus. C’est la maladresse des Allemands (22 tirs, quatre cadrés) qui amène les deux équipes aux tirs au but.

Kamada maladroit

Tous n’ont pas été bons chez les Allemands, loin de là. Mais Daichi Kamada s’est distingué par sa maladresse tout au long de la rencontre. Il s’emmêle les pinceaux et annihile une action dangereuse en début de match (12e), avant de contrer la frappe de son coéquipier, qui filait au but (32e). Seul face au gardien adverse, le Japonais manque son lob (67e), avant d’être trop juste en fin de match pour couper le centre de Filip Kostic (89e). Daichi Kamada inscrit tout de même son penalty… avec l’aide du poteau. Ouf.

Wright donne tort à son coach

Aribo a été le poison lors de ce match, et buteur sur l’ouverture du score. Kent fut le dynamiteur. Mais où est passé Scott Wright ? L’attaquant écossais a été invisible lors de ce match. Seulement 24 ballons touchés pour le joueur de 24 ans. Surtout, onze possessions perdues pour Wright, qui n’a réussi qu’un dribble sur quatre tentés. Il est le premier de Glasgow à laisser sa place (remplacé par Sakala à la 74e) après une faute grossière sur Kamada qui lui a valu un jaune.

Leave a Reply

Your email address will not be published.