Tour d’Italie : entre «bon souvenirs» et «stress» pour Arnaud Démare

Meilleures histoires

Le sprinteur français Arnaud Démare, de retour au Giro pour la première fois depuis sa razzia de 2020, quand il avait ravi quatre étapes et le maillot cyclamen, est traversé «de bons souvenirs» mais aussi de «presque un stress en plus», a-t-il livré jeudi à la veille du départ de Budapest.

«Il y a des bons souvenirs. Maintenant, c’est aussi presque du stress en plus. Disons que refaire ce que j’ai pu faire en 2020… tout le monde sait que c’était quelque chose d’exceptionnel. Maintenant, il faut repartir étape par étape. D’abord aller chercher une victoire», a affiché le leader de Groupama-FDJ en conférence de presse.

Le coureur de 30 ans ne s’est pas encore imposé cette saison même s’il a montré une forme affleurante notamment dans Milan-Sanremo (10e). «Physiquement je me sens bien, c’est vrai. Depuis le début de l’année, j’ai vraiment de bonnes jambes. C’est le vélo: des fois on peut se sentir bien et ne pas réussir à gagner», observe-t-il.

Peut-il ouvrir son compteur dès vendredi à Visegrad (Hongrie) où se conclue la première étape avec une arrivée en côte (3,8 km à 5% de pente moyenne) ? «De nombreux sprinteurs seront en haut, pronostique-t-il. Maintenant, je ne sais pas si on sera encore capable de sprinter, ça, c’est autre chose. Mais c’est vrai qu’au profil du roadbook, on s’attendait à plus dur. Ça reste dur mais ce n’est pas insurmontable. On l’a fait à vélo, ça reste roulant.»

Leave a Reply

Your email address will not be published.