Un adolescent isolé, un “carnage” d’une heure… Ce que l’on sait sur la fusillade au Texas

Monde

Publié le :

Deux jours après la fusillade dans une une école à Ulvade, au Texas, où dix-neuf enfants et deux enseignants ont été tués, le déroulé des faits se précise. Le tireur était un adolescent de 18 ans en conflit familial, isolé et en décrochage scolaire qui avait annoncé son geste sur Facebook.

Publicité

Il l’avait annoncé sur Facebook : l’adolescent qui a tué mardi 19 enfants d’une école primaire d’Uvalde, au Texas, avait écrit le jour du drame qu’il allait tuer sa grand-mère, puis s’attaquer à une école dans cette petite ville à majorité hispanique située à 130 kilomètres à l’ouest de San Antonio. France 24 fait le point sur ce que l’on sait deux jours après les faits.

  • Des messages sur Facebook, trente minutes avant la fusillade

Le matin du drame, vers 11 heures, le tueur, identifié plus tard comme Salvador Ramos, âgé de 18 ans, annonce “sur Facebook” qu’il va “tirer” sur sa grand-mère, chez qui il habite, a indiqué mercredi le gouverneur du Texas, Greg Abbott. Touchée au visage, la femme de 66 ans parvient néanmoins à alerter la police. Elle sera transportée peu après dans un état critique à l’hôpital University Health de San Antonio.

De son côté, le jeune homme s’enfuit avec le pick-up de sa grand-mère. Sur Facebook, il annonce alors qu’il va s’attaquer à “une école primaire”. 

Vers 11h30, après 3,5 kilomètres de route, le jeune homme est victime d’un accident de la route, pour une raison indéterminée, alors qu’il se trouve près de l’école primaire Robb, où plus de 500 enfants entre 7 et 11 ans sont scolarisés. Ils n’avaient plus que quelques jours de classe avant la fin de l’année scolaire.

Il sort alors du véhicule avec un fusil semi-automatique AR-15 et un sac à dos. Rapidement, il est confronté à un policier assigné à la sécurité de l’école primaire qui essaie de l’empêcher d’entrer dans l’établissement, sans succès, poursuit Steven McCraw, le chef du département de la sécurité publique du Texas. 

  • Une heure dans l’établissement

Dès qu’il entre dans le bâtiment, il s’engage dans un couloir qui mène à deux salles de classe adjacentes, suivi par trois policiers qui demandent du renfort. Il se barricade dans l’une d’elles et “le carnage commence”, selon Steven McCraw.

Il tue dix-neuf élèves, âgés de 9 à 10 ans, et les deux enseignantes présentes.

Rapidement, la police intervient. Hors des murs de l’école, elle brise les vitres des autres classes et évacue élèves et enseignants. À l’intérieur, les forces de l’ordre se positionnent dans le couloir et dans la salle de classe adjacente pour empêcher l’assaillant de s’échapper. Il est finalement tué par une unité d’élite de la police aux frontières, le Mexique se situant à près de 90 kilomètres à vol d’oiseau d’Uvalde, une heure plus tard.

Il est 13 heures quand la police indique sur Twitter que Salvador Ramos a été neutralisé.

  • Dix-neuf enfants de 9 à 10 ans et deux enseignantes tués 

Les identités des enfants ont été révélées par leurs familles qui partagent leur douleur sur les réseaux sociaux. Parmi eux, Xavier Lopez, un petit garçon de 10 ans qui aimait danser, ou Amerie Jo Garza, une petite fille au large sourire qui venait d’avoir 10 ans.

Le nom d’une professeure a également été dévoilé dans la presse. Eva Mireles, 44 ans, enseignait à Uvalde depuis 17 ans, selon sa famille et l’école primaire. Mariée, elle avait une enfant.

  • Un jeune homme sans antécédent judiciaire

Salvador Ramos est un citoyen américain inscrit au lycée d’Uvalde d’où il avait décroché, a indiqué le gouverneur du Texas. Il vivait depuis deux mois chez sa grand-mère, a précisé Steven McCraw. Selon les médias, il s’était disputé avec sa mère. 

Il n’a pas d’antécédents judiciaires chez les mineurs ou de problèmes psychologiques connus des services de santé locaux, a précisé le gouverneur, Greg Abbott, le qualifiant pourtant de “dément” ayant “des handicaps le poussant à tirer sur sa grand-mère et ensuite tuer des bébés, tous ces jeunes enfants”.

Le 17 mai, au lendemain de son 18e anniversaire, il avait acheté un fusil semi-automatique, puis des munitions, et un autre fusil automatique le 20 mai dans la même armurerie d’Uvalde, a indiqué Steven McCraw. Les enquêteurs n’ont pour l’instant trouvé aucun autre élément permettant d’expliquer la raison de son geste, a-t-il souligné.

Une cousine, Mia, a indiqué au Washington Post qu’il n’était “pas très sociable” et ne voulait plus aller en cours où il était harcelé à cause de son bégaiement. Il aimait les jeux vidéo de combat selon d’autres amis.

Avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.