Un premier Conseil des ministres éclipsé par l’affaire Damien Abad

France

Publié le : Modifié le :

Le premier Conseil des ministres s’est tenu lundi matin autour d’Emmanuel Macron et de sa Première ministre Élisabeth Borne avec une attention particulière portée sur le pouvoir d’achat. Un premier projet de loi sur cette question devrait être adopté en Conseil des ministres avant les législatives.

Publicité

Premier Conseil des ministres un mois presque jour pour jour après la réélection d’Emmanuel Macron. L’équipe de la nouvelle Première ministre Élisabeth Borne a foulé, lundi 23 mai, peu avant 10 heures, le gravier de l’Élysée pour un Conseil des ministres qui a véritablement lancé le second quinquennat d’Emmanuel Macron, avec déjà une fausse note : les accusations de viol visant Damien Abad.

Trois jours après la fin de la longue maturation qui a présidé au casting de Matignon comme des ministres, le nouveau gouvernement s’est réuni au grand complet avec au menu les grandes priorités tracées par le président : école, santé, transition écologique mais aussi lutte contre l’inflation.

“Le gouvernement que vous constituez est avant toute chose (…) un gouvernement pour agir”, a lancé Emmanuel Macron en préambule, pointant “un contexte inédit” avec la crise du Covid-19, “dont nous sortons à peine si tant est qu’elle soit totalement terminée”, la guerre en Ukraine et des “défis inédits” pour la société française.

Un projet de loi sur le pouvoir d’achat sera adopté en Conseil des ministres avant les élections législatives des 12 et 19 juin, a déclaré la porte-parole du gouvernement français, Olivia Grégoire, à l’issue du Conseil des ministres.

Élisabeth Borne avait déjà égrené, dans un entretien au Journal du Dimanche, différentes mesures prévues dans ce futur texte, concrètement une loi rectificative du budget 2022 : prolongation du bouclier tarifaire, chèque alimentation, relèvement du point d’indice des fonctionnaires, suppression de la redevance audiovisuelle, etc.

Autant de mesures au goût sucré pour les ménages mais au coût salé pour les finances publiques, alors que se profilent les élections législatives pour lesquelles la majorité est donnée favorite en dépit d’une probable forte poussée de la gauche unie.

Pap Ndiaye et Damien Abad particulièrement scrutés

Achevé vers 11 h 30, ce Conseil des ministres a été l’occasion d’un premier tour de piste pour les nouveaux entrants d’un gouvernement Borne qui compte cependant en son sein une majorité de membres de l’équipe sortante (14 sur un total de 27 membres).

Parmi les nouveaux visages, celui du ministre de l’Éducation nationale, l’universitaire Pap Ndiaye, est au centre des attentions. Seule véritable surprise du nouvel exécutif, sa nomination a suscité un tombereau de réactions furieuses à l’extrême droite, qui l’accuse de “vouloir déconstruire le pays”.

>> À voir, notre diaporama : “En images : Colonna, Ndiaye, de Montchalin… les visages du gouvernement d’Élisabeth Borne”

Mais l’agenda politique de l’exécutif va devoir compter avec l’affaire Damien Abad, révélée pendant le week-end. Nommé ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées, l’ancien président du groupe Les Républicains (LR) à l’Assemblée nationale et principale prise de guerre de la macronie depuis la victoire du président sortant le 24 avril, fait face à de graves accusations de viols dans un article publié samedi par Mediapart – accusations qu’il nie “avec la plus grande force”.

“Le gouvernement est aux côtés de celles qui ont l’immense courage de parler”, a affirmé la porte-parole du gouvernement, tout en ajoutant que “la justice est la seule à devoir et à pouvoir trancher”. Confrontée aux nombreuses questions des journalistes sur le sujet, Olivia Grégoire, qui a précisé qu’un entretien entre Élisabeth Borne et Damien Abad avait eu lieu à l’issue du Conseil des ministres, a répété à plusieurs reprises qu’aucune action en justice n’était en cours à l’heure actuelle.

Selon Mediapart, deux femmes, dont le journal a recueilli les témoignages, accusent Damien Abad de viol en 2010 et en 2011. Un signalement a été effectué la semaine dernière auprès de LR, La République en marche (LREM) et de la justice, qui dit l’analyser. Le parquet de Paris a déjà classé sans suite deux plaintes, en 2012 et en 2017, de l’une des plaignantes.

Élisabeth Borne “pas au courant”

Après les critiques visant l’investiture du LREM Jérôme Peyrat, condamné en 2020 pour des violences envers une ex-compagne, et qui s’est finalement résolu à retirer sa candidature, l’exécutif et la majorité doivent affronter une nouvelle tempête sur le dossier des violences faites aux femmes.

“Pas au courant” de ces affaires avant leur révélation par Médiapart, Élisabeth Borne a promis de tirer “toutes les conséquences” en cas de “nouveaux éléments” et de saisine de la justice, à l’occasion d’un déplacement dans le Calvados où elle brigue un premier mandat de député.

À trois semaines du premier tour des législatives, l’Élysée a d’ailleurs mis la pression sur les quatorze ministres-candidats. Conformément à une règle non écrite datant de 2007, et déjà édictée en 2017 par Emmanuel Macron, ils devront démissionner en cas de défaite à ce prochain scrutin. Une règle qui vaut aussi pour Élisabeth Borne.

Avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.